Retour

90 % de Fort McMurray sauvé des flammes, 2400 bâtiments détruits

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley a indiqué que 90 % de la ville de Fort McMurray est préservée, après avoir été en proie au feu de forêt ravageant toujours la région.

La dirigeante a précisé qu'environ 2400 bâtiments ont été détruits. À Anzac, une municipalité avoisinante, 12 bâtiments ont été ravagés par les flammes. Rachel Notley s'est montrée reconnaissante envers les premiers répondants pour leur dévouement.

Les autorités ont laissé savoir que le feu s'étendait à plus de 2000 kilomètres carrés en date de lundi. Il progressait surtout vers l'est. Les pompiers ont qualifié de bonne nouvelle les températures plus fraîches dans leur lutte contre l'incendie.

Rachel Notley a demandé aux évacués de ne pas revenir chez eux. La situation n'est pas encore sécuritaire, a-t-elle ajouté. Les infrastructures de base, le gaz et l'électricité doivent être de nouveau fonctionnels avant de pouvoir envisager un tel retour.

L'Alberta aura un plan d'ici deux semaines pour que les évacués puissent regagner la région. 

Rachel Notley, d'autres membres du gouvernement et des représentants des médias visitent Fort McMurray. L'équipe gouvernementale se rend sur les lieux pour évaluer l'ampleur des dommages causés par l'incendie.

Le cortège se déplace au centre-ville. Les décombres calcinés de quartiers entiers sont visibles sur le bord de la route. Des images difficiles pour les résidents qui, pour la plupart, voient pour la première fois ce qu'ils ont abandonné.

Ottawa sera là

Entre temps, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau a avoué en point de presse que son gouvernement ne faisait que commencer à comprendre toute l'importance de l'impact économique des incendies en Alberta pour le pays.

Il a réitéré qu'Ottawa serait là pour appuyer les Albertains au besoin. « On continue de regarder toutes sortes de façons différentes pour que le Canada soit là pour soutenir nos amis de Fort McMurray », a-t-il déclaré.

Quant à l'offre de la Russie d'envoyer de l'aide, Justin Tudeau s'est montré diplomate : « C'est certain qu'à travers le monde, les gens ont été marqués par cette catastrophe, et ont été très généreux dans leur offre d'aide. Mais la réalité, c'est qu'avec toute l'aide que les gens à travers le pays, y compris les provinces, ont offerte pour adresser cette catastrophe, nous n'avons pas besoin d'aide d'en dehors du pays en ce moment. »

Le premier ministre veut également visiter le site du désastre le moment venu. « Je suis en contact étroit avec la première ministre de l'Alberta pour trouver un moment approprié pour que je puisse visiter Fort McMurray. Nous espérons pouvoir annoncer ça dans les prochains jours », a-t-il expliqué.

Bilan de Suncor

Au cours de l'évacuation, plusieurs pétrolières ont prêté main-forte en mettant leurs résidences pour travailleurs à disposition. Des milliers d'évacués bloqués au nord de Fort McMurray y avaient trouvé refuge, avant d'être transportés vers le sud.

Le géant pétrolier Suncor a fermé son site d'exploitation et affirme ne pas avoir subi de dommages à ses installations. Le feu a toutefois atteint la partie sud de la mine qui exploite les sables bitumineux, mais a été maîtrisé par les pompiers.

L'entreprise dit qu'elle effectuera un retour progressif de ses employés sur son site dès que la situation le permettra.

Plus de 42 000 ménages ayant fui la région de Fort McMurray se sont inscrits auprès de la Croix-Rouge depuis le début de la catastrophe.

À Edmonton, où un grand nombre de sinistrés ont trouvé refuge, les cas de gastroentérite ont augmenté. Ceux-ci ont été signalés au centre d'accueil Northlands. Service de santé Alberta (AHS) dit avoir enregistré entre 40 et 50 cas au cours du week-end et affirme que la situation n'est pas surprenante vu le nombre de personnes qui se trouvent au centre.

Environ 600 évacués vivent au centre Northlands et 11 000 autres y ont été enregistrés et ont été logés ailleurs. Le centre pour sinistrés sert plus de 6000 repas par jour.

Les autorités sanitaires affirment que des mesures ont été prises pour isoler les malades et nettoyer les lieux afin de limiter la propagation de la gastroentérite.

Élan de générosité

La Croix Rouge a indiqué lundi avoir recueilli 60 millions de dollars en dons pour aider ceux touchés par la catastrophe. De ces dons, 51 millions proviennent de citoyens, et seront donc égalés par Ottawa. Le gouvernement albertain s'est également engagé à égaler les dons individuels versés à la Croix Rouge.

Des bulletins spéciaux sur la qualité de l'air ont été publiés par Environnement Canada. Ceux-ci touchent la région touchée, mais aussi le nord de la Saskatchewan et une partie du Manitoba.

L'agence a souligné que les vents transportent la fumée, ce qui entraîne une diminution de la qualité de l'air et de la visibilité.

La fumée près du niveau du sol peut présenter d'importants risques pour la santé. Plus loin des foyers d'incendie, la fumée est principalement en hauteur et cause seulement des problèmes modérés.

Environnement Canada a précisé que les personnes qui vivent dans les régions touchées peuvent souffrir de symptômes comme la toux, l'irritation de la gorge, des maux de tête et des difficultés respiratoires. L'agence prévient que les enfants, les personnes âgées et celles atteintes de maladies pulmonaires, comme l'asthme, sont particulièrement à risque.

Feu de forêt à Fort McMurray

L'évacuation de la région de Fort McMurray est la plus importante liée à un feu de forêt de l'histoire de l'Alberta. Le feu de Slave Lake, en 2011 avait forcé l'évacuation d'environ 7000 résidents.

En 2015, la province voisine de la Saskatchewan avait aussi été en proie à des feux de forêt importants. Plus de 13 000 personnes avaient alors dû être évacuées.

Plus d'articles

Commentaires