Retour

À quel point Anticosti serait modifiée par l'exploitation pétrolière?

L'exploitation éventuelle de pétrole sur l'île d'Anticosti a dominé les échanges cette semaine à l'Assemblée nationale. Si le gouvernement décidait d'aller de l'avant, il faudrait construire de nombreuses infrastructures sur l'île. Une étude produite pour le gouvernement du Québec et publiée en octobre 2015 donne un aperçu de celles-ci.

Un texte d'Hugo Lavallée

  • 712 plateformes

Image : Gouvernement du Québec

Selon l'étude préparée par WSP Canada, plus de 700 plateformes d'exploitation devraient être aménagées sur l'île. Chacune d'elles serait reliée à 5-10 puits, pour un total de plus de 6000 puits.

Image : Gouvernement du Québec

Ces plateformes ne seraient pas toutes en exploitation en même temps. Ainsi, les premières seraient aménagées dans l'ouest de l'île. Une fois les ressources extraites, les sites seraient restaurés et de nouvelles plateformes seraient progressivement construites vers l'est de l'île, comme le montre la carte ci-dessus.

  • 1610 kilomètres d'oléoducs

Image : Gouvernement du Québec

Pour relier ces plateformes, un réseau d'oléoducs devrait être aménagé sur l'île. Des tuyaux de 8 à 36 pouces de diamètre seraient installés, en arborescence, comme l'illustre la carte ci-dessus. Ces tuyaux seraient utilisés pour acheminer la ressource des puits vers l'usine de traitement.

  • Un réservoir de 180 000 m3 

Image : Gouvernement du Québec

Une fois extraite du sol, la ressource pourrait être acheminée directement par oléoduc sur le continent ou elle pourrait être entreposée sur l'île avant d'être acheminée par bateau. Le rapport précise que le réservoir construit pourrait être à double paroi, comme celui qui apparaît sur la photographie.

  • La possibilité d'un navire-usine

Image : Gouvernement du Québec

Au lieu d'aménager une usine de traitement de gaz et une usine de liquéfaction sur l'île d'Anticosti, la possibilité de recourir à un navire-usine pourrait être envisagée. Cette option réduirait les coûts et permettrait aussi de réduire l'empreinte terrestre des activités d'exploitation pétrolière sur l'île.

En plus des infrastructures nécessaires à l'exploitation de la ressource, il faudrait aménager sur l'île des habitations pouvant héberger jusqu'à 5000 travailleurs. Il serait aussi nécessaire d'agrandir l'aéroport existant, de construire un quai, ainsi qu'une nouvelle centrale thermique pour la production d'électricité.

Selon le scénario retenu, c'est donc entre 9,5 et 12,1 milliards de dollars qu'il faudrait investir en infrastructures pour pouvoir exploiter le pétrole et le gaz naturel sur l'île d'Anticosti.

Une étude comparant les coûts et les bénéfices liés à cette exploitation potentielle sera rendue publique au cours des prochaines semaines dans le cadre de l'Étude environnementale stratégique sur l'île d'Anticosti mise en place par le gouvernement du Québec.

Plus d'articles