Retour

Abe et Obama rendent hommage aux victimes de Pearl Harbor

Le président des États-Unis, Barack Obama, et son homologue japonais, Shinzo Abe, ont rendu hommage aux victimes de Pearl Harbor, sur l'archipel d'Hawaï, 75 ans après l'attaque historique qui a frappé la base militaire américaine.

L’attaque contre Pearl Harbor, qui a fait près de 2000 morts, essentiellement des militaires, a précipité l’entrée en guerre des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale.

Shinzo Abe, qui est le premier chef d’État japonais en plusieurs décennies à se rendre sur le site, a appelé à « ne jamais répéter les horreurs de la guerre ».

Il a offert ses condoléances aux familles des victimes en réitérant la « promesse solennelle » de son pays de ne plus jamais s'engager dans la guerre.

Au président Obama, au peuple des États-Unis et à tous les peuples de par le monde, j’offre, à titre de premier ministre du Japon, mes sincères et éternelles condoléances aux âmes de ceux qui ont perdu la vie ici.

Le premier ministre japonais, Shinzo Abe

Avant de jeter des pétales de fleur dans la mer, le président américain et son hôte ont déposé une gerbe sur un moment dédié aux personnes qui ont perdu la vie lors de l’attaque, en observant une minute de silence.

Les deux chefs d’État ont par la suite vanté le chemin parcouru par les deux pays depuis la fin de la guerre.

Shinzo Abe a indiqué que le Japon et les États-Unis étaient liés grâce au pouvoir de réconciliation et a affirmé que cela constituait une alliance remplie d’espoir pour l’avenir.

Il a invité l’ensemble de la communauté internationale à adopter une approche semblable, basée sur la tolérance.

Barack Obama a abondé dans le même sens, affirmant que les blessures de la guerre pouvaient être guéries par l’amitié et que l’alliance américano-japonaise, pierre d’assise des relations cordiales entre les pays du Pacifique, était plus forte que jamais.

« J’espère que, ensemble, nous envoyons un message au monde, selon lequel il y a plus à gagner en faisant la paix que la guerre, et la réconciliation rapporte davantage que la vengeance », a déclaré le président américain.

Le caractère d'un pays se mesure dans la guerre, mais il se définit aussi dans la paix.

Le président américain, Barack Obama

Le premier ministre japonais n’a pas présenté ses excuses pour l'attaque de Pearl Harbor, car elles risquaient de susciter la grogne des partis d’opposition et un tollé au sein de la population.

Cette visite survient sept mois après la tenue d’un autre événement commémoratif commun, auquel ont pris part les deux hommes d’État, cette fois à Hiroshima, pour souligner l’anniversaire de l’attaque à la bombe atomique des États-Unis contre cette ville japonaise et celle de Nagasaki.

Le président Barack Obama avait alors exprimé ses sympathies aux survivants et à leurs descendants, mais il s’était lui aussi gardé de faire acte de contrition pour les événements.

Plus d'articles

Commentaires