Retour

Accusations d'infanticide : onde de choc à l'Île-du-Prince-Édouard

Des accusations d'infanticide déposées contre une femme de l'Île-du-Prince-Édouard créent une véritable onde de choc dans la région de la capitale Charlottetown. C'est la première fois, selon les autorités, que de telles accusations sont déposées dans la province.

Un texte de François Pierre Dufault

Rien ne laissait croire que Shannon Dawn Rayner ait pu commettre les crimes dont elle est accusée.

Des voisins de la femme de 39 ans inculpée de deux chefs d'accusation d'infanticide disent qu'elle menait une vie normale et quelque peu effacée, habitant chez sa mère dans un quartier paisible de Charlottetown.

Étonnement et questionnements

L'étonnement a fait place aux questionnements au lendemain de l'inculpation de Shannon Dawn Rayner. Pourquoi la femme de 39 ans aurait-elle commis les gestes qui lui sont reprochés, se demandent plusieurs insulaires sur les réseaux sociaux, entre autres.

Les faits qui ont mené aux accusations remontent à 2014 et 2016.

« Nous avons reçu une information d'une personne au sujet [de l'accusée] qui a été enceinte à deux occasions alors que ces grossesses n'ont pas eu pour résultat qu'elle ait des enfants », explique Brad MacConnell, le chef adjoint de la police de Charlottetown.

L'escouade des crimes graves de la police de Charlottetown a enquêté pendant plus d'un an avant de déposer des accusations dans cette affaire.

Shannon Dawn Rayner est inculpée de deux chefs d'accusation d'infanticide et de deux chefs d’accusation d'avoir disposé des corps des enfants dans l'intention de dissimuler leur naissance. À cela s'ajoutent deux chefs d'accusation criminelle pour avoir omis de demander de l'aide à la naissance d'un enfant.

Selon la police, la femme de 39 ans aurait jeté les corps des enfants aux ordures.

La Société de gestion des déchets de l'Île-du-Prince-Édouard n'a pas voulu commenter, mardi. Selon une porte-parole du gouvernement provincial, la société d'État collabore avec la police dans l'espoir de retrouver les restes des enfants.

Une grande partie des déchets de l'île sont incinérés, mais il y a une « mince possibilité » que des restes soient enterrés dans un site d'enfouissement, selon le chef adjoint de la police Brad MacConnell.

Aucun lien avec « bébé Albion »

Shannon Dawn Rayner a été remise en liberté jusqu'à sa comparution en Cour provinciale, jeudi matin. Elle doit notamment s'abstenir de garder des enfants âgés de moins de 5 ans sans supervision.

Si elle est reconnue coupable, la femme de 39 ans s'expose à une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans pour infanticide, en plus d'une peine maximale de deux ans pour avoir disposé des corps des enfants.

C'est la première fois qu'une personne est inculpée d'infanticide à l'Île-du-Prince-Édouard, selon les autorités.

Par contre, en 2015, un bébé a été retrouvé mort à l'extérieur d'une église à Mount Albion, près de Charlottetown. La police n'a jamais été en mesure d'élucider cette affaire.

Avec des informations de Julien Lecacheur

Plus d'articles