Retour

Ado noir tué par un policier : Chicago sous haute tension

Plusieurs personnes ont manifesté dans les rues de Chicago, mardi soir et dans la nuit de mercredi, dans la foulée de la diffusion d'une vidéo montrant un policier blanc tirant 16 fois sur un adolescent noir, Laquan McDonald. Les manifestants scandaient « 16 coups de feu » (« 16 shots »).

La vidéo qui montre les dernières secondes de vie du jeune homme a été rendue publique mardi soir.

Les faits remontent à octobre 2014, mais la controverse a pris une grande ampleur ces derniers jours après une importante mobilisation d'habitants de Chicago qui ont exigé que la vidéo soit dévoilée. Un juge leur a donné raison et a imposé aux autorités de diffuser la séquence montrant la mort du jeune homme de 17 ans.

Avertissement : cette vidéo peut contenir des scènes de violence

La vidéo montre que McDonald, armé d'un couteau et suspecté de vol à main armée, a été touché 16 fois pendant une trentaine de secondes, à environ 3 à 4 mètres de distance.

Plusieurs coups de feu ont été tirés tandis que le jeune homme était à terre. On voit également dans la vidéo le partenaire du policier Van Dyke se rapprocher de McDonald pour éloigner son couteau du pied. Aucune aide médicale n'a été fournie à l'adolescent par les policiers.

Selon un compte rendu d'autopsie, l'adolescent présentait des impacts de balle à la tête, au cou, au thorax, aux bras, à une main, au dos et à une cuisse. Il a été atteint par des tirs de face et de dos.

Van Dyke était le seul policier sur place à faire feu et il s'est mis à tirer quelques secondes après la sortie de son VUS avec son partenaire, qui n'a pas tiré sur McDonald.

Le policier inculpé

Mardi, le policier Jason Van Dyke, 37 ans, a été accusé par la procureure Anita Alvarez d'avoir abattu de 16 balles le jeune homme. La vidéo du meurtre, filmée par une caméra dans un véhicule, « est choquante, elle est violente, elle fait froid dans le dos », a commenté la procureure dans une conférence de presse mardi.

Les proches de Laquan McDonald et les organisations de défense des droits des Noirs accusent la police d'avoir cherché à étouffer cette affaire et soutiennent que Mme Alvarez n'a inculpé le policier que parce que les images allaient être publiées.

Des centaines de manifestants

Des centaines de personnes ont commencé à se rassembler mardi soir à différents endroits de Chicago, bloquant entre autres temporairement la circulation sur l'avenue Michigan et l'accès à une bretelle d'autoroute dans le quartier des affaires.

Des protestataires ont aussi manifesté pacifiquement à l'extérieur du poste de quartier du premier district et bloqué l'accès au bâtiment en scandant « ne m'abattez pas » aux policiers qui leur faisaient face.

Seules quelques échauffourées avec les forces de l'ordre ont été rapportées. Selon des sources policières, deux manifestants ont été arrêtés.

Craintes d'émeutes

La troisième ville des États-Unis appréhendait les conséquences de la publication de la vidéo, considérant notamment que des brutalités policières ayant coûté la vie à des Noirs ont déclenché des émeutes ailleurs au pays lors des 18 derniers mois, comme à Ferguson ou à Baltimore. Selon le Chicago Tribune, les autorités de Chicago avaient mobilisé la quasi-totalité des policiers disponibles.

Le maire de la ville, Rahm Emanuel, a tenu lundi en urgence des réunions avec des représentants de la communauté noire pour appeler au calme. Dans un point de presse, plus tôt mardi, le maire a invité les résidents de Chicago à rester calmes, alors que la vidéo est susceptible d'aviver les tensions raciales dans cette région du nord de l'Amérique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine