Retour

Adoption : entrée en vigueur de la loi permettant de révéler l’identité des parents naturels

Après une bataille qui a duré plusieurs années, les personnes adoptées au Québec pourront enfin connaître l'identité de leurs parents biologiques grâce à une nouvelle loi provinciale qui est entrée en vigueur samedi.

Il y a près de 30 ans, Diane Poitras a tenté d'entrer en communication avec sa mère biologique qui n'a pas voulu que son identité lui soit révélée. « J'ai pleuré, c'est comme si une partie de moi s'écroulait », confie-t-elle, la gorge nouée.

Aujourd'hui, elle trépigne d'impatience. La loi 113, maintenant en vigueur, permettra aux orphelins et aux enfants adoptés entre les années 1920 et 1970 de connaître le nom de leurs parents biologiques. La divulgation se fera même si les parents avaient, de leur vivant, refusé une demande de retrouvailles et demandé à rester anonymes.

Plus de 300 000 dossiers sont concernés par la levée du sceau de confidentialité en vertu de la nouvelle loi.

Pour Celine La Rue, abandonnée à la naissance, c'est aussi une journée particulière. « Lundi matin, à 8 h 30, je vais être sur le téléphone, puis je vais demander pour retracer le nom de mon père, affirme-t-elle. Je vais devoir attendre encore un an pour avoir le nom de ma mère si elle n'inscrit pas de refus dans mon dossier. »

La divulgation se fera en deux temps. Les archives seront d'abord ouvertes pour tous les orphelins et les enfants adoptés dont les parents biologiques sont décédés depuis plus d'un an. Il s'agit, en fait, de la majorité des dossiers.

« Dans un deuxième volet, les autres personnes adoptées dont les parents sont toujours vivants aujourd'hui devront attendre juin 2019 pour avoir accès à l'identité de leurs parents biologiques », explique la présidente du Mouvement Retrouvailles, Caroline Fortin.

Les parents biologiques auront jusqu'à un an pour accepter ou non de dévoiler leur identité. Ce refus sera néanmoins temporaire. Il disparaîtra à leur décès et leur identité sera alors dévoilée.

Pour Mme Fortin, cette loi c'est le résultat d'un travail de 20 ans de mobilisation.

Le Québec est l'une des dernières provinces canadiennes à ouvrir les archives de l'adoption.

Le gouvernement a mis sur pied une équipe, de même qu'une ligne téléphonique sans frais pour aider les gens dans leurs démarches. Le numéro est le 1 888 441-7889.

Avec les informations de Mélissa François

Plus d'articles