Retour

Affaire Théo : une manifestation dégénère en France

D'abord pacifique, une manifestation visant à dénoncer le viol allégué d'un jeune homme noir par des policiers a dégénéré, samedi, en banlieue de Paris.

De petits groupes de protestataires ont incendié au moins un véhicule et ont lancé des projectiles à la police. Les autorités ont répondu au moyen de gaz lacrymogène.Des centaines de manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice de la banlieue de Bobigny, au nord de Paris, réclamant justice pour Théo, 22 ans, arrêté le 2 février à Aulnay-Sous-Bois par quatre policiers durant un contrôle d'identité.Le jeune homme, qui est toujours hospitalisé, soutient avoir été sodomisé avec une matraque par un des policiers.Selon les agents, Théo aurait résisté, les obligeant à le maîtriser. Une fois menotté, le jeune homme a été emmené au commissariat, où des saignements dans la zone rectale ont été constatés. À l’hôpital, un médecin a ensuite confirmé une « déchirure de l’anus sur 10 cm ».De telles allégations ont entraîné une vague de manifestations de nuit depuis une semaine dans plusieurs petites villes françaises où vivent de nombreux membres de communautés culturelles en situation de minorité.

À Marseille, vendredi soir, quatre personnes avaient été arrêtées lors d'une manifestation de soutien à Théo rassemblant près de 250 personnes. Les manifestants s'en étaient pris à un véhicule de police en marge de l’événement.

Mardi dernier, Théo et sa famille avaient d’ailleurs appelé au calme pour tenter de contenir les débordements.

Ma ville, vous savez que je l'aime beaucoup. J'aimerais bien la retrouver comme je l'ai laissée. S'il vous plaît, les gars [...] Stop à la guerre, soyez unis et ayez confiance en la justice. Justice sera faite.

Théo, en compagnie du président François Hollande, qui était à son chevet à l'hôpital

Un policier a depuis été accusé de viol et ses trois collègues, de violences volontaires. Les quatre ont démenti les allégations.Une analyse image par image d’une vidéo enregistrée par les caméras de la police municipale doit avoir lieu afin de déterminer si le geste du policier était intentionnel ou non.

Plus d'articles