Retour

Agression au parc du Mont-Saint-Bruno : la Sépaq va mieux baliser les sentiers

EXCLUSIF - Un mois après la violente agression d'une femme au parc du Mont-Saint-Bruno, la Sépaq va installer des balises pour aider les policiers à y intervenir plus rapidement, a appris Radio-Canada.

Un article de Bahador Zabihiyan

Le 3 septembre dernier, une femme était agressée en plein jour par un homme qu'elle ne connaissait pas. Les policiers ont perdu de précieuses minutes pour se rendre auprès de la victime, car ils ont eu du mal à se repérer dans le parc, selon la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

« N'importe qui qui marche ou qui court dans le parc du Mont-Saint-Bruno peut partir pour 10 kilomètres et ne pas être capable d'être géolocalisé par quiconque », disait Mme St-Hilaire. Elle invitait la Sépaq à s'inspirer du système de balises mis en place cet été au parc Michel-Chartrand de Longueuil. Et c'est ce que la Sépaq compte faire, a appris Radio-Canada.

Depuis juin, 176 balises avec un numéro ont été placées tous les 100 mètres au parc Michel-Chartrand. Une personne en détresse qui appellerait le 911 pourrait mentionner le numéro de la balise à l'opérateur. Les données GPS des balises ainsi que des cartes ont été fournies par la Ville aux différents services d'urgence.

« L'objectif est de permettre une localisation plus rapide lors de situations et ainsi améliorer les temps d'intervention des services d'urgence », explique par courriel Mme Boulianne.

La Sépaq insiste pour dire que le parc demeure très sécuritaire et qu'il n'y a jamais eu d'agression violente avant celle de septembre.

Les balises du parc Michel-Chartrand ont coûté 20 000 $.

Plus d'articles