Retour

Aide à mourir : des hôpitaux devraient-ils avoir le droit de dire non?

L'organisme Dying With Dignity envisage de contester devant les tribunaux l'exemption en Ontario qui permet à certains hôpitaux de se soustraire, pour des raisons religieuses, à la loi sur l'aide médicale à mourir.

C’est le cas notamment des hôpitaux St. Michael’s et St. Joseph’s à Toronto.

Selon la loi ontarienne, les établissements de santé et les foyers qui refusent ainsi d’accorder une aide médicale à mourir à un patient admissible doivent le transférer à un autre centre qui peut accéder à sa requête.

Une exemption similaire existe pour les cas d'avortement. Mme Gokool souligne, toutefois, que le transfert d'un patient âgé et frêle n'est pas aussi facile que celui d'une jeune femme enceinte.

« Ça dépend vraiment de la précarité de leur état médical », dit-elle.

Le ministre reste ferme

De son côté, le ministre ontarien de la Santé, Eric Hoskins, croit que le système actuel fonctionne.

Le ministre ajoute qu'environ la moitié des décès de ce type ont lieu présentement à la maison, plutôt que dans un établissement, et qu'une modification de la loi n'aurait pas d'impact sur les cas à domicile.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine