Se rendre aux urnes et fournir une pièce d'identité valide peuvent sembler des gestes simples. Mais pour les plus modestes et les plus fragiles, la tâche devient vite ardue. Alors en Colombie-Britannique, plusieurs organismes se mobilisent pour les aider à exercer leur droit de vote lors des élections du 19 octobre.

Lora Corbett, une résidente du quartier sensible de Downtown Eastside à Vancouver, veut avoir son mot à dire pour cette élection, mais elle s'inquiète.

« Mon portefeuille a été volé deux fois cette année. C'est très dur de voter pour moi, car je n'ai plus de papier d'identité ou quoi que ce soit qui prouve où j'habite », confie-t-elle.

Ancienne sans-abri, Lora Corbett est passée de refuge en refuge avant d'arriver à l'Union Gospel Mission (UGM), en mai dernier. Cette organisation, comme d'autres à travers la province et le pays, essaie de soutenir un maximum d'itinérants ou de Canadiens fragilisés pour qu'ils puissent voter.

Avec la nouvelle loi sur le système électoral, les scrutins fédéraux ont, toutefois, de nouveaux critères plus exigeants qu'auparavant.

Pour les personnes sans domicile fixe, obtenir une carte d'information de l'électeur était déjà compliqué. Il leur faut désormais, en plus, présenter un permis de conduire ou deux pièces d'identité.

« 36 options pour pouvoir voter »

Selon une étude de Statistique Canada en 2012, les personnes les plus pauvres et les moins instruites sont moins susceptibles de voter que les autres.

Pour pallier cette situation, UGM fait en sorte de fournir une lettre de confirmation avec l'adresse de leur foyer - une nouvelle option pour les électeurs itinérants, indique une porte-parole d'Élections Canada, Dorothy Sitek.

« Pour ceux qui n'ont pas de pièce d'identité classique, il est possible d'apporter deux documents avec votre nom, dont une avec votre adresse. Il peut s'agir d'une carte BC Care, d'un acte de naissance et même d'une boîte de médicaments sur ordonnance. Il y a 36 options listées sur elections.ca », explique Dorothy Sitek.

« Redonner un peu de dignité »

Le porte-parole d'UGM, Jeremy Hunka, affirme que l'organisme a aidé plus de 200 personnes à voter aux dernières élections provinciales et il compte faire aussi bien le 19 octobre.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour redonner un peu de dignité à des gens qui pensent être ignorés par la société », réagit-il, ajoutant qu'UGM est aussi un bureau de vote pour l'occasion.

Sur l'île de Vancouver, il est possible d'aller voter chez Our Place in Victoria. « Plus de 400 personnes utilisent notre organisme comme adresse cette année », indique le directeur général, Don Evans.

Jody Laurence en fait partie. « Mon opinion compte tout autant que les autres », a-t-elle déclaré. Même son de cloche et même excitation pour Lora Corbett : « Si nous votons pour la bonne personne, peut-être que la qualité de vie et l'emploi des personnes avec des faibles revenus va changer », espère-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires