Retour

ALENA : Raymond Bachand va préparer Québec pour la renégociation

L'ex-ministre des Finances et ex-député libéral Raymond Bachand sera le conseiller spécial du gouvernement du Québec dans le dossier de l'Accord de libre-échange nord-américain que Donald Trump souhaite renégocier.

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, en a fait l’annonce officielle dimanche lors d’une conférence de presse à Montréal. Elle était entourée pour l’occasion d’acteurs du milieu des affaires québécois.

L’accord entre le Canada, les États-Unis et le Mexique déplait au président des États-Unis. Donald Trump est d’avis que l’ALENA a été néfaste pour les Américains et a mené à des pertes d’emplois.

Les représentants du gouvernement et du secteur privé du Québec ont quant à eux tenu à souligner l’importance cruciale de la relation commerciale de la province avec les États-Unis d’où l’intérêt de nommer un conseiller spécial pour préparer le terrain d’une négociation qui découlerait d’une réouverture de l’ALENA.

Le Québec doit jouer un rôle offensif sur le marché américain.

Dominique Anglade

« Les États-Unis sont un partenaire commercial fondamental pour le Québec, représentant plus de 72 % des exportations à l’international. L’ALENA a permis de doubler les échanges commerciaux avec les États-Unis et nos échanges avec le Mexique sont six fois supérieurs à ce qu’ils étaient auparavant », a aussi indiqué Dominique Anglade.

Préserver les acquis

Le mandat de Raymond Bachand, qui avait quitté la vie politique après avoir perdu la course à la succession de Jean Charest, sera essentiellement de cibler les enjeux à prévoir dans le cadre d’une renégociation, de concevoir des stratégies d’intervention auprès des entreprises québécoises et américaines afin notamment de recueillir leurs préoccupations, et d’offrir une cartographie des contacts d’affaires du Québec aux États-Unis.

Mme Anglade a dit miser sur la longue feuille de route de M. Bachand dans le domaine privé. Il est présentement conseiller stratégique au cabinet Norton Rose Fullbright et il a notamment occupé le poste de vice-président de Métro-Richelieu dans les années 80.

Raymond Bachand s’est montré optimiste quant au maintien des acquis commerciaux du Québec avec les Américains.

Il faut se préparer, mais aussi se rappeler que Donald Trump est un homme d’affaires et que le libre-échange Canada-États-Unis a bénéficié à toutes les entreprises canadiennes et américaines parce que, quand on peut spécialiser, nos entreprises sont plus concurrentielles par rapport à l’Asie et d’autres pays.

Raymond Bachand

Éric Tétreault, président des Manufacturiers exportateurs du Québec, a aussi mis l’accent sur la nécessité de miser sur les partenariats actuels.

Nous avons une relation commerciale extraordinaire avec les États-Unis. Il ne faut pas réparer ce qui n’est pas cassé.

Éric Tétreault

Stéphane Forget, le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Alain Aubut, le président et chef de la direction de la Chambre de commerce de l’industrie de Québec, et Martine Hébert, la vice-présidente principale et porte-parole nationale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, étaient également présents lors de la conférence de presse.

Mme Anglade a précisé que M. Bachand ne recevra pas plus que 95 000 $ pour son mandat. Son cachet sera versé directement à son employeur. M. Bachand, qui est inscrit au registre des lobbyistes, a assuré qu'il avait mis fin à plusieurs contrats terminés et le seul qu'il lui reste, dans le secteur de la culture, devrait être complété dans les prochaines semaines.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine