Retour

Alertes à la bombe en N.-É. : les cours reprendront jeudi

Les cours reprendront jeudi matin sur les campus du Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse (NSCC) et à l'Université du Cap-Breton. Les établissements scolaires ont été évacués mercredi quand un directeur du NSCC a reçu une menace par télécopieur.

Le directeur du campus IT d'Halifax, Kit Jillings, a précisé avoir aussitôt alerté les policiers. Il ne se souvient plus du contenu du message. Un message de menaces a aussi été envoyé par télécopieur au quartier général de la GRC à Ottawa.

Les 13 campus du NSCC et celui de l'Université du Cap-Breton ont été fermés pour la journée par mesure de précaution. En fin d'après-midi mercredi, la police régionale du Cap-Breton a indiqué que les menaces n'étaient pas crédibles.

Toutes les écoles de l'Île-du-Prince-Édouard ont aussi été évacuées. La menace a aussi été envoyée par télécopieur, a indiqué la GRC. L'école O'Donel High de Terre-Neuve également. Ce n'est toutefois pas clair encore s'il y a un lien à faire entre ces menaces, indique le corps de police.

Le premier ministre Justin Trudeau a tenu à rassurer la population lors d'un point de presse mercredi après-midi. Les autorités ont la situation bien en main et le gouvernement fédéral suit la situation de près, selon lui.

« En tant que parent, je sais comment ce genre de situation peut être inquiétant et je suis conscient que les parents affectés par la situation doivent passer une journée très difficile », a-t-il dit à Ottawa.

Le fil des événements

Le campus Marconi du NSCC, à Sydney, a été le premier à être évacué vers 8 h 00 (HA). Environ 1000 étudiants fréquentent ce collège. 

Dans un communiqué de presse, la police régionale du Cap-Breton précise qu'un appel à la bombe a été reçu vers 7 h 50 mercredi. Le directeur du campus, Fred Tilley, affirme que des policiers ont fouillé le collège.

La circulation a été ralentie sur la route 4 au Cap-Breton en raison de l'opération policière.

Seulement quelques minutes plus tard, c'était au tour des quelque 1200 étudiants du campus IT situé sur la rue Leeds, à Halifax, d'être évacués. Des étudiants rencontrés sur place disaient être sortis calmement de l'établissement après qu'une alarme ait retenti.

La garderie du campus a également été évacuée. Les enfants ont été amenés dans une école primaire des environs.

Un peu après 10 h 00, les étudiants ont pu aller récupérer leur voiture dans le stationnement du campus d'Halifax. Ils ont été escortés, trois par trois, par des policiers. 

D'autres ont attendu plusieurs heures à l'extérieur du périmètre de sécurité. Certains d'entre eux avaient laissé leurs effets personnels, dont leur téléphone cellulaire ou les clés de leur voiture à l'intérieur.

De l'eau et de la nourriture ont été mises à leur disposition dans une église et une école du quartier, a indiqué le directeur du campus, Kit Jillings.

Entre-temps, le campus du NSCC dans la vallée d'Annapolis a aussi été évacué aux alentours de 10 h.

L'escouade canine de la police régionale d'Halifax est entrée à l'intérieur du campus IT vers 11 h 00. Une équipe de déminage était également sur place. Les fouilles se sont terminées peu après 14 h. Rien de suspect n'a été retrouvé. Les étudiants et le personnel ont pu aller chercher leurs effets personnels à l'intérieur du bâtiment.

Le Nouveau-Brunswick épargné

Aucune alerte à la bombe n'a été reçue au Nouveau-Brunswick, a fait savoir le District scolaire francophone Sud, par voie de communiqué. 

L'organisation scolaire a indiqué être en communication régulière avec la GRC et l'Organisation des mesures d'urgence du Nouveau-Brunswick. « Il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure ni d'évacuer les écoles comme l'ont fait l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse », selon le district scolaire.

Deux colis suspects à Halifax

La matinée a été particulièrement agitée dans la capitale néo-écossaise. La police régionale d'Halifax a aussi répondu à deux appels pour des colis suspects aperçus au centre-ville. 

L'entrée de l'édifice One Government Place, qui abrite le Cabinet et le Bureau du conseil exécutif de la Nouvelle-Écosse sur la rue Barrington, a été scellée brièvement, a dit le secrétaire de presse pour le bureau du premier ministre Stephen McNeil, David Jackson.

Un employé a vu un objet suspect qui s'est finalement avéré être une glacière. L'opération policière n'a duré que quelques minutes.

Un important périmètre de sécurité a par ailleurs été mis en place près de l'ancienne bibliothèque sur la rue Spring Garden à Halifax. Une équipe de déminage de la police d'Halifax a été appelée sur les lieux. 

Le colis suspect était en fait un sac rempli de déchets. Les rues bloquées ont rapidement été rouvertes à la circulation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine