Les pharmacies Jean Coutu et la chaîne d'épicerie Metro entretiennent des « discussions avancées en vue d'un regroupement possible ». Les deux entreprises, qui ont une valeur boursière combinée de 13 milliards de dollars, l'ont confirmé mercredi par voie de communiqué.

La proposition qui est sur la table est celle d’un regroupement par lequel les actions du Groupe Jean Coutu seraient acquises par Metro au prix de 24,50 $ l’unité, est-il expliqué dans le communiqué de l'épicier. Metro verserait 75 % de la somme en argent comptant et 25 % en actions.

« Ce prix a été établi dans le cadre de négociations entre les parties qui ont précédé la signature d'une lettre d'intention non contraignante en date du 22 août 2017 », est-il écrit.

La famille Coutu a indiqué son intention de soutenir la transaction proposée, est-il ajouté.

Metro insiste par ailleurs pour dire que « rien ne garantit » que la transaction aura bel et bien lieu.

Si cette transaction se conclut, Metro posséderait le plus grand réseau de pharmacies de la province.

Concurrence croissante

Le secteur canadien de la pharmacie est touché par un vent de consolidation depuis peu : Pharmaprix a été acheté par Loblaw en 2013, tandis que McKesson Canada, filiale du géant californien du même nom, a acquis le groupe Uniprix et ses 330 pharmacies en avril dernier. Metro est déjà propriétaire de 250 pharmacies Brunet.

Metro et Jean Coutu, « dans le passé, ont essayé de faire des acquisitions », rappelle Jacques Nantel, professeur émérite au département de marketing de l’Université de Montréal. « Dans les deux cas, ça n’a pas fonctionné. »

En effet, Jean Coutu avait essayé, en 2003, d’acquérir Shoppers Drug Mart, mais c’est finalement Loblaw qui l’a acquis dix ans plus tard, rappelle M. Nantel en entrevue à RDI économie. Metro avait aussi tenté de mettre la main sur Safeway en 2013, mais Sobeys avait raflé la mise.

Ces entreprises cherchent à croître par acquisition, parce qu’elles font face à une concurrence croissante des grandes chaînes américaines comme Walmart et Costco, qui abritent des pharmacies dans leurs magasins, ainsi que par le géant Amazon, désormais présent dans le secteur de l'alimentation avec l'achat de Whole Foods.

« Clairement, le joueur qui a gagné le plus de parts de marché au cours des trois dernières années en alimentation au Canada, c’est Walmart », analyse le professeur Nantel. Dans ce contexte, il était « minuit moins cinq » pour Metro et Jean Coutu, indique-t-il.

Les avantages de leur fusion seront importants, note M. Nantel. « Les deux fonctionnent, dans beaucoup de cas, avec les mêmes fournisseurs. [Ils ont donc] plus de marge de manœuvre, [ils] peuvent négocier davantage, donc être plus efficaces et réduire les coûts », dit-il.

Metro et sa chaîne de pharmacie Brunet bénéficieront également du centre de distribution « à la fine pointe de la technologie » de Jean Coutu situé à Varenne, ce qui constitue un avantage net sur le plan de la logistique.

M. Nantel ne croit toutefois pas que les pharmacies Brunet changeront de bannière pour devenir des Jean Coutu de sitôt, « d’autant plus qu’il y a beaucoup d’endroits où il y a des Jean Coutu en face des Brunet. »

Fluctuation à la bourse

L'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) a suspendu mercredi matin la négociation des titres du Groupe Jean Coutu et de la chaîne d'épicerie Metro.

Les négociations ont pu reprendre vers 12 h 30. Après la reprise des transactions à la Bourse de Toronto, le titre de Metro prenait 1,80 $, ou 4,5 %, pour se négocier à 41,89 $. Celui de Jean Coutu cotait à 24,41 $, en hausse de 5,72 %, ou 1,32 $.

L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter) temporairement les opérations à l'égard d'un titre d'une société cotée en bourse. Les arrêts des opérations sont mis en oeuvre afin d'assurer le bon fonctionnement d'un marché équitable.

L'OCRCVM est l'organisme d'autoréglementation national qui surveille l'ensemble des courtiers en placement et l'ensemble des opérations effectuées sur les marchés des titres de capitaux propres et les marchés des titres de créance au Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine