Retour

Amazon supprime le livre de Robert Pickton de son site

L'appel de la Colombie-Britannique semble avoir été entendu par Amazon : le géant américain a supprimé la page du livre attribué au tueur en série Robert Pickton de son site.

Lundi, le ministre britanno-colombien de la Sécurité publique et solliciteur général, Mike Morris, avait appelé Amazon, dans une déclaration écrite, à cesser de vendre le livre. Puis la première ministre de la province Christy Clark lui a emboîté le pas, se disant « sans voix » face à la publication d'un tel ouvrage.

« Nous prenons cette affaire très au sérieux et cherchons tous les moyens possibles pour nous assurer que les familles concernées soient protégées des nouvelles souffrances que peut infliger ce livre », a écrit Mike Morris, ajoutant qu'il était « injuste » qu'une personne ayant causé tant de maux puisse « tirer profit de son comportement ».

Amazon a d'abord retiré le livre de son moteur de recherche. L'adresse directe de la page est cependant demeurée accessible pendant quelques heures, avant de disparaître lundi après-midi.

Le livre, écrit en anglais et intitulé Pickton: In his own words (Pickton : en ses propres mots), est signé par un certain Michael Chilldres et publié chez Outskirts Press, un éditeur américain. L'auteur y décrit Robert Pickton comme un « bouc émissaire ».

L'affaire a résonné jusqu'à Ottawa où le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a déclaré qu'une enquête était en cours pour déterminer comment le livre avait pu sortir de prison.

Les excuses de la maison d'édition

Outskirts Press, de son côté, a annoncé avoir retiré l'ouvrage de la vente et présente ses excuses aux familles des victimes de Robert Pickton. « Depuis longtemps, notre politique est de ne pas travailler avec ou publier les textes de personnes incarcérées. Ce que M. Pickton devait savoir puisqu'il a décidé de publier ses écrits en passants par une tierce personne », affirme la direction de la maison d'édition dans un courriel.

Elle précise que l'auteur, Michael Chilldres, avait déclaré être le détenteur et l'auteur du matériel publié.

Ancien éleveur de porcs à Port Coquitlam, près de Vancouver, Robert Pickton a été accusé des meurtres, entre 1978 et 2001, de 27 femmes dont les restes humains ont été retrouvés sur sa ferme. En 2007, il a été reconnu coupable de six meurtres au deuxième degré. Robert Pickton ayant déjà écopé d'une peine de prison à perpétuité, la Couronne a décidé de ne pas poursuivre les procédures judiciaires pour les autres accusations.

Durant son incarcération, Robert Pickton a confié à un agent double qui se faisait passer pour un codétenu qu'il avait fait 49 victimes.

Un autre livre de tueur en série il y a deux ans

Ce n'est pas la première fois qu'un tueur en série parvient à faire sortir des écrits d'une prison. L'avocat criminaliste Walid Hijazi rappelle que Paul Bernardo a fait de même il y a environ deux ans et que la maison d'édition avait rapidement évincé l'ouvrage.

Contrairement à la Colombie-Britannique ou le Québec, il existe des lois, dit-il, en Ontario, en Alberta, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan qui empêchent les criminels de faire des profits grâce à leurs écrits. « Si quelqu'un a commis un crime et raconte cette histoire, la loi prévoit que les profits seront redirigés vers le procureur général et réattribués à un fonds d'indemnisation des victimes », explique-t-il.

Christy Clark a annoncé que le gouvernement britanno-colombien allait se pencher sur une loi similaire à celles de ces autres provinces.

Plus d'articles