Retour

Amorphe, le Canadien est une proie facile pour les Bruins

Le Canadien de Montréal a offert une performance peu inspirée, mercredi soir à Boston, et il s'est incliné 4-1 devant les Bruins.

Les Bruins de Boston ont ainsi gâché le retour de l'entraîneur-chef Claude Julien au TD Garden.

Les hommes de Bruce Cassidy ont vaincu la formation montréalaise pour la deuxième fois en quatre soirs. Samedi au Centre Bell, ils auront l'occasion de compléter un tour du chapeau potentiellement désastreux pour le Canadien.

Brad Marchand (1-1) et Patrice Bergeron (0-2) ont récolté deux points chacun pour les Bruins, qui ont gagné leurs quatre dernières parties face au Canadien.

Le but de Marchand, son 19e de la saison, a procuré aux Bruins une avance de deux buts en troisième période et le Tricolore n'a pas été en mesure de s'en remettre.

David Pastrnak (18e), au premier vingt, et Ryan Spooner (6e), tôt en deuxième période, ont également déjoué Carey Price, qui a bloqué 28 tirs et qui n'a rien pu faire sur les buts qu'il a accordés.

David Krejci (8e) a poussé la rondelle dans un filet désert avec 3:14 à jouer à la troisième période, soit 19 secondes après que Julien eut retiré Price au profit d'un sixième attaquant.

La riposte du Canadien est venue du défenseur Jakub Jerabek. Quarante-huit heures après avoir obtenu ses deux premiers points dans la LNH, Jerabek a inscrit son premier but dans la LNH après seulement 31 secondes en première période.

En fait, les joueurs du Canadien ont relativement bien amorcé la rencontre et avec 12:17 à jouer au premier vingt, ils totalisaient six tirs au but. Mais le tir suivant n'est venu qu'à 5:56 de la deuxième période.

Au total, ils n'ont dirigé que 22 rondelles vers Tuukka Rask, qui a possiblement connu l'une de ses soirées les plus faciles depuis longtemps.

« On n'a pas été bons ce soir. C'est aussi simple que ça, a déclaré Julien.

« J'ai été vraiment désappointé de notre effort. Carey nous a donné une chance de rester dans le match pendant au moins deux périodes. On joue du bon hockey dernièrement mais ce soir, comme on dit en anglais, '"we laid an egg" (on a fait chou blanc).

« C'est un recul parce qu'on avait joué quatre ou cinq bonnes parties et ce soir, on avait besoin d'un bon effort. Puis, ça ne s'est pas produit, a ajouté Julien.

« Il faut prendre nos responsabilités. Quand ton quatrième trio continue d'être ton meilleur, côté attaque, travail, tu espères, à un moment donné, qu'on va avoir la même chose de tout le monde. »

Par ailleurs, l'expérience de muter Jacob De La Rose au centre d'un trio complété par Alex Galchenyuk à gauche et Jonathan Drouin à droite n'a pas été concluante. Une mauvaise passe de De La Rose a d'ailleurs mené au but gagnant, celui de Spooner, et à la fin du match, Drouin était de retour au centre, avec Alex Galchenyuk et Nicolas Deslauriers.

Claude Julien a donc vu ses hommes subir une troisième défaite d'affilée, lui qui aurait pu rejoindre Jacques Demers au 12e rang avec une 107e victoire à titre d'entraîneur-chef dans l'histoire du Canadien. L'équipe demeure au 14e rang de l'Association de l'Est avec 42 points en 45 matchs.

Si ça peut le consoler un peu, Julien a reçu de chaleureux applaudissements des partisans des Bruins pendant la présentation d'une vidéo rendant hommage aux dix années passées derrière le banc de l'équipe, en première période.

Pendant ce temps, les Bruins ont prolongé leur impressionnante séquence de succès. Ils comptent dix victoires à leurs 14 dernières rencontres, une séquence lors de laquelle ils n'ont pas perdu en temps réglementaire. Depuis le 16 novembre, ils affichent un dossier de 19-3-4.

Le Canadien cherchera à retrouver le sentier de la victoire vendredi soir à Washington, face aux Capitals.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine