Retour

Anciens Combattants Canada compilera les données sur les suicides

À compter de décembre, Anciens Combattants Canada (ACC) dévoilera des données sur les suicides des vétérans. C'est l'une des mesures annoncées dans le cadre de la nouvelle stratégie de prévention du suicide établie conjointement par le ministère et les Forces armées canadiennes (FAC).

Un texte de Louis Blouin, correspondant parlementaire à Ottawa

Jusqu’ici, le ministère responsable des vétérans ne compilait pas de données sur les suicides d’anciens militaires. Il souhaite désormais mieux comprendre l’ampleur du problème.

Chaque année, avec l’aide de Statistique Canada, Anciens Combattants Canada publiera le taux de suicide chez les militaires retraités et pourra ainsi le comparer à celui de la population générale.

Pour mieux coordonner son aide, ACC veut savoir où surviennent les suicides et au sein de quels groupes d’âge. Le Canada compte près de 700 000 anciens combattants.

Défense nationale et ACC ont dévoilé mardi une « nouvelle approche intégrée » pour s’attaquer au problème. Cependant, aucune cible de réduction des suicides n’a été identifiée.

Les deux ministères veulent coordonner les programmes existants dans les domaines de la prévention, de la sensibilisation, de la formation et de l’intervention auprès des militaires actuels et retraités.

Les nouvelles mesures comprennent :

  • un fonds pour les anciens combattants qui vivent une situation d’urgence (4 M$ sur quatre ans provenant d’ACC);
  • une ligne d’urgence 24 heures par jour en cas de crise (téléphone, texto ou clavardage);
  • la création d’un centre d’excellence en matière de troubles de stress post-traumatique (17,5 M$ sur quatre ans et ensuite 9,2 M$ par an, provenant d’ACC).

Les Forces canadiennes critiquées

Entre 2004 et août 2017, 217 suicides au total sont survenus parmi les 68 000 membres de la force régulière et les 27 000 réservistes.

Toutefois, le nombre réel de suicides est probablement plus élevé, puisque la collecte des données ne permet pas de recenser tous les cas.

Le taux de suicide dans les Forces armées canadiennes correspond, dans l’ensemble, à celui de la population générale. Mais du côté des anciens combattants, les données disponibles indiquent que le suicide est plus fréquent.

Quelque 10 000 membres des FAC sont libérés du service militaire chaque année au Canada.

Le plus récent rapport sur la mortalité dans les Forces armées canadiennes cite le traumatisme lié aux déploiements (particulièrement dans le cas de la mission en Afghanistan) comme facteur pouvant augmenter le risque de suicide.

Au cours des dernières années, les FAC ont été vivement critiquées pour leur gestion du problème.

ACC dit avoir considérablement accru sa prestation de services en personne, en rouvrant neuf bureaux précédemment fermés et en procédant à l'ouverture d'un autre bureau à Surrey, en Colombie-Britannique.

Dans les derniers mois, le gouvernement canadien a engagé 147 millions de dollars pour les six prochaines années pour améliorer l’accès au Programme pour les familles des anciens combattants libérés pour des raisons médicales. Ces fonds seront injectés à compter du 1er avril prochain dans les 32 Centres de ressources pour les familles des militaires (CRFM).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine