Le cinéaste André Melançon a marqué toute une génération avec ses films La guerre des tuques et Bach et Bottine. Il est décédé mardi à 74 ans, après avoir combattu la leucémie.

En 1984, André Melançon est aux premières loges d'un phénomène cinématographique jamais vu auparavant au Québec. Son film La guerre des tuques, le premier de la série des Contes pour tous, connaît un immense succès en salle ici comme ailleurs dans le monde. Produit par Rock Demers, il est aujourd'hui considéré comme un véritable film culte. Son adaptation en film d'animation a également bien fait aux guichets l'hiver dernier.

Deux ans plus tard, Melançon réalise Bach et Bottine, avec Mahée Paiement dans le premier rôle, qui est également couronné de succès. Le cinéaste tourne son dernier Conte pour tous, Fierro… l'été des secrets, en 1989.

Psychoéducateur avant d'être cinéaste, il exprime au grand écran son intérêt pour la famille et l'enfance à partir des années 70. En tout, il réalise et scénarise une douzaine de films dans le genre, dont les derniers sont le documentaire Les trains de la vie, paru en 2013, et La gang des hors-la-loi, en 2014.

André Melançon réalise également des oeuvres destinées à la télévision, notamment la série Ces enfants d'ailleurs II et l'adaptation de la pièce Albertine, en cinq temps (coréalisée avec Martine Beaulne). Sa série Cher Olivier, sur le comédien Olivier Guimond, est récompensée par neuf prix Gémeaux.

Au cours de sa carrière, André Melançon a dirigé beaucoup d'enfants comédiens prodiges, dont Mahée Paiement dans Bach et Bottine, et Xavier Dolan dans une quarantaine de publicités pour les pharmacies Jean Coutu.

Il réussit à chaque fois à tirer le meilleur de ces jeunes interprètes. La guerre des tuques, film tourné en plein milieu de l'hiver, s'est notamment avéré un important défi.

Son don unique pour diriger les enfants a transformé le cinéma jeunesse au Québec, qui s'est affranchi du modèle de Walt Disney.

« Il se mettait à notre niveau »

Le respect avec lequel l'homme s'adressait aux enfants a marqué Maripierre A. D'Amour, l'interprète de Sophie, la chef de bande de La guerre des tuques, qui a raconté son expérience à l'émission 24/60.

Cette façon bien singulière de travailler auprès d'enfants sans formation d'acteur transparaît dans chacun de ses films, croit Cédric Jourde, qui a personnifié Luc Chicoine, le chef de la bande rivale dans La guerre des tuques.

En tant que comédien, André Melançon a interprété le rôle-titre dans Taureau, de Clément Perron, en 1973. Denys Arcand et Yves Simoneau lui ont aussi offert des rôles. Il a également été entraîneur vedette de la Ligue nationale d'improvisation pendant de nombreuses années.

Depuis 1997, il transmettait son métier aux jeunes en donnant des cours à l'Institut national de l'image et du son (INIS), dont il était l'un des membres fondateurs.

Après avoir reçu l'Ordre national du Québec en 2013, Melançon a reçu un hommage de la part du milieu du cinéma lors de la Soirée des Jutra, en 2015.

24/60 : table ronde avec Marie-Christine Trottier, Benoît Brière, Maripierre A. D'Amour et Cédric Jourde

Ségolène Roederer, directrice de Québec Cinéma, et le comédien Marcel Leboeuf réagissent au décès d'André Melançon :

Regardez l'entrevue d'André Melançon avec Maxence Bilodeau en mars 2015 :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine