Retour

Andrew Scheer affirme qu'il n'accordera plus d'entrevues à The Rebel

Le chef conservateur Andrew Scheer dit qu'il n'accordera plus d'entrevues au site conservateur The Rebel tant que la publication en ligne maintiendra sa ligne éditoriale.

Cette décision survient après que le site d’informations conservateur créé par l’activiste Ezra Levant a suscité la polémique lors de sa couverture des manifestations à Charlottesville, aux États-Unis, la fin de semaine dernière.

Certains ont cru déceler dans la couverture une sympathie à l'égard des nationalistes blancs qui avaient organisé la manifestation pour protéger une statue du général sudiste Robert Lee.

Une femme est morte et plusieurs autres personnes ont été blessées pendant une contre-manifestation.

« Comme tous les Canadiens, j'ai regardé les événements de la fin de semaine dernière, les vils commentaires faits par les groupes haineux avec beaucoup de dégoût », a déclaré Andrew Scheer, en marge d’un événement du Parti conservateur à Langley, en Colombie-Britannique, mercredi soir.

« Il existe une ligne entre rapporter les faits et donner à certains de ces groupes une plateforme ou une légitimité quelconque », a ajouté le chef conservateur.

Plusieurs politiciens conservateurs ont subi des pressions au cours des derniers jours pour prendre leurs distances face à ce média de droite, auquel collabore notamment l'animateur de radio québécois Éric Duhaime.

Au moins trois contributeurs de The Rebel ont démissionné au cours des derniers jours. Le député conservateur Michael Chong a aussi publié un communiqué disant qu'il n'accorderait plus d'entrevues à ce média.

Jason Kenney et Brian Jean aussi interpellés

Les deux candidats à la course à la direction du nouveau Parti conservateur uni, né de l’union du Wildrose et du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, Brian Jean et Jason Kenney, se sont fait demander jeudi s’ils comptaient aussi abandonner les entrevues avec le site controversé.

Brian Mason, le leader en Chambre du gouvernement albertain, a dénoncé The Rebel pendant une conférence de presse à l’Assemblée législative jeudi.

Le ministre a accusé le site d’« applaudir à la mort des réfugiés » et d’avoir publié des articles tels que « 10 raisons de haïr les juifs ».

« Je pense que les Albertains méritent mieux. Nous avons besoin de chefs qui connaissent clairement la différence entre le bien et le mal », a-t-il ajouté.

Brian Jean a répondu qu’il a toujours pris position contre le racisme et la haine.

« Il n'y a pas de place pour cela dans le discours public, et je continuerai à rejeter ces sentiments chaque fois que et n'importe où ils apparaîtront. Je crois fortement dans la sainteté de la liberté d'expression et de la presse libre, et je ne crois pas que ce soit le rôle des élus de dicter qui sont ou ne sont pas les médias », a déclaré Brian Jean par voie de communiqué.

« Cependant, les événements récents m'ont inquiété. Je n'ai pas fait d’entrevue [à The Rebel] depuis sept mois et à moins d’un changement éditorial, je ne le ferai pas à l'avenir », a ajouté l'ancien chef du Wildrose.

Sur Twitter, Jason Kenney s'est dit « triste de voir un homme décent comme Brian Mason se résoudre à employer des tactiques datant du maccarthysme. Quelles associations avec The Rebel? J'ai été attaqué à plusieurs reprises par eux pour les avoir critiqués, j'ai refusé d'assister à leurs événements, je n'ai pas fait d'entretien avec eux depuis plus d'un an et j'ai condamné publiquement leur direction éditoriale des derniers mois », a poursuivi Jason Kenney.

Distances avec l'« alt-right »

Ezra Levant n'a pas répondu aux demandes de commentaires sur la décision d’Andrew Scheer.

Dans une note interne adressée au personnel, M. Levant semble cependant prendre une certaine distance face à l'« alt-right » américaine.

Il soutient qu'à l'origine, il voyait dans ce mouvement une « droite décomplexée, avec un certain sens de l'humour ». Il admet que ce mouvement est aujourd'hui synonyme de « racisme, d'antisémitisme et de tolérance face au néonazisme ».

M. Levant soutient toutefois que son site continuera de couvrir les activités de ce mouvement, mais avec la même approche qui prévaut pour la gauche.

Plus d'articles

Commentaires