Retour

Anticosti : Leitao dispose de « montants considérables » pour dédommager Pétrolia

La négociation destinée à mettre fin aux forages à Anticosti n'effraie pas Le ministre des Finances Carlos Leitao, qui affirme avoir « des marges de manoeuvre importantes » pour dédommager Pétrolia. Cette dernière dit vouloir négocier de bonne foi, mais rappelle que le projet est évalué à 200 millions de dollars.

En impromptu de presse jeudi, à l'Assemblée nationale, le ministre Leitao a déclaré avoir « des marges de prudence [...] qui nous permettent de faire face à de telles éventualités ».

Il répondait ainsi aux questions suivant l'annonce que le gouvernement de Philippe Couillard négocie avec Pétrolia et ses partenaires d'Hydrocarbures Anticosti pour rompre le contrat qui les lie. Québec a embauché une firme d'avocats « pour aller négocier avec le consortium une porte de sortie », a expliqué Carlos Leitao.

« On verra bien à la fin de la journée ce que ça va donner », a commenté le ministre des Finances, se refusant à préciser combien Québec était prêt à verser en guise de dédommagement.

« Il y a des provisions pour éventualités, des fonds de suppléance ainsi que des marges budgétaires au Trésor », a dit M. Leitao.

À la fin de 2015, le premier ministre Philippe Couillard avait désapprouvé ce contrat, conclu en février 2014 par le gouvernement de sa prédécesseure, la péquiste Pauline Marois. « Anticosti, moi, je n'ai rien à voir avec ce projet-là. Je l'ai trouvé à mon arrivée au gouvernement. J'aurais préféré ne pas le trouver, parce que j'étais opposé à ce projet-là dans l'opposition », avait-il dit.

Un projet de 200 millions de dollars, rappelle Pétrolia...

Pétrolia affirme, par communiqué, être « ouverte à négocier un règlement équitable », du fait que le gouvernement est déterminé à mettre fin au projet. Un projet dont le gouvernement avait fixé la valeur à 200 millions de dollars au moment de conclure la transaction, rappelle la société d'exploration pétrolière et gazière.

« Zéro acceptabilité sociale »

Pendant que Pétrolia persiste à dire qu'« Anticosti reste et restera toujours un projet majeur sur le plan économique », le ministre Leitao parle, lui, d'un projet pour lequel il y a zéro acceptabilité sociale ».

Cette négociation entre le gouvernement et Pétrolia s'inscrit dans le contexte où, avec l'accord de Québec, la Municipalité de L'Île-d'Anticosti a posé sa candidature pour que l'île soit inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La durée de pareille démarche est de trois ans et demi.

Par ailleurs, le chef de la communauté innue de Mingan, Jean-Charles Piétacho, se présentera à la Cour du Québec lundi prochain, dans le but de contester l’émission des permis pour forer des puits sur l’île. En vertu de l'entente, Pétrolia et ses partenaires peuvent mener trois forages exploratoires sur l'île cet été.

Plus d'articles

Commentaires