Retour

Après le désastre, Lachute et Montréal se relèvent

L'heure est maintenant au nettoyage pour les résidents de Lachute, dans les Laurentides, et du quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. Les cellules orageuses qui se sont déchaînées sur le sud-ouest du Québec mardi soir ont laissé derrière elles des arbres déracinés, des cabanons et des toits de maison arrachés ainsi que des branches d'arbres coupant des lignes électriques et obstruant les rues.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a indiqué que Québec est déjà au travail pour permettre aux travaux de nettoyage et de reconstruction de commencer dès que possible.

M. Coiteux a notamment indiqué que la Ville de Lachute pourra compter sur le « soutien financier du gouvernement pour les travaux nécessaires ». Cette option pourrait être envisagée dans le cas de Montréal également, mais pour le moment, la Ville s'appuie sur « sa propre direction de la sécurité civile », a souligné le ministre.

Des dégâts matériels, mais pas de blessés

La tornade a endommagé 310 infrastructures à Lachute - y compris cabanons et piscines - et une quarantaine de citoyens ont dû passer la nuit à l’extérieur de leur résidence à la suite du passage de la tempête.

Le centre d’hébergement Villa Mont-Joie, mis sur pied par la municipalité pour accueillir ses citoyens sans logis, n’a reçu aucun visiteur mardi, mais il demeure ouvert en cas de besoin.

L’aréna a été légèrement endommagé et les activités y ont été suspendues.

Alors que la moitié des foyers de Lachute, qui compte 13 000 habitants, était privée de courant au plus fort de la tempête, il n'y a maintenant qu'une résidence sur 10 toujours dans le noir.

D'ici la fin de la journée, l'électricité devrait être rétablie pour 95 % des clients d'Hydro-Québec, ont indiqué les autorités.

Le maire de Lachute, Carl Péloquin, se réjouit du fait que la tornade n'ait fait aucun blessé. « Le principal, c’est qu’il n’y ait pas eu de blessé, a déclaré M. Péloquin. Le reste, c’est du matériel. On va s’en occuper, on va sécuriser, on va travailler ensemble, on va se retrousser les manches. »

« Ça va pas mal mieux ce matin, a confié M. Péloquin en entrevue à ICI RDI. Les rues sont dégagées et les feux de circulation fonctionnent. Plusieurs équipes d’Hydro-Québec ont été à pied d’œuvre toute la nuit, et des patrouilles de la Sûreté du Québec (SQ) ont sécurisé les secteurs les plus touchés. Des toitures, des cabanons, des piscines et le revêtement extérieur de plusieurs résidences ont été lourdement endommagés. »

« On va être là pour vous épauler, pour vous appuyer là-dedans », a-t-il déclaré à l'attention de ses citoyens.

La SQ veille à la sécurité du secteur frappé par la tornade. « Notre rôle, c’est de sécuriser l’endroit, de s’assurer qu’il n’y ait pas de rôdeur la nuit, que les gens ne soient pas victimes de pillage ou d’autres choses », a indiqué le porte-parole de la SQ, Marc Tessier, sur les ondes d'ICI RDI. « Depuis [mardi], nous sommes une vingtaine de policiers à patrouiller le secteur affecté, et aucun incident n’a été rapporté jusqu’à présent. »

Une dizaine de maisons sont toujours inhabitables, sur les 150 qui ont été endommagées à Lachute, selon les autorités.

Les propriétaires de ces résidences pourraient éventuellement être logés à l'hôtel, a indiqué le maire.

Les visites à domicile pour évaluer les dommages et assurer la réintégration sécuritaire des résidences se poursuivent cet après-midi, et les pompiers et les agents de la SQ resteront dans le secteur au moins jusqu'à jeudi matin pour venir en aide aux citoyens.

Des vents de 180 km/h

Environnement Canada a confirmé que c'est bel et bien une tornade qui s'est abattue sur Lachute, tandis qu’une microrafale est responsable des dégâts dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

« Dans le cas de Lachute, c’est vraiment une tornade », confirme le météorologue d’Environnement Canada, René Héroux. « C’est un tourbillon avec un fort effet de succion qui cherche à soulever les toitures de maison ou les autres objets. »

Environnement Canada estime qu’il s’agit d’une tornade de catégorie F1, le premier échelon dans la gradation des tornades, qui en compte 5. « C’est une tornade de type F1 qui a soufflé avec des vents de 180 km/h, donc ce n’est pas banal; mais en même temps, chaque été au Québec on a cinq ou six tornades. Souvent, il s’agit de tornades de catégorie F0 ou F1. »

« Dans le cas d’une tornade, la trajectoire est vraiment très étroite, à peine 200 mètres de largeur bien souvent, mais sur une certaine longueur, poursuit-il. Dans ce cas-ci, on parle de 2 à 3 kilomètres de long. »

M. Héroux précise qu’il faut une combinaison de plusieurs paramètres météorologiques pour qu’une tornade se forme. « L’Outaouais et les Basses-Laurentides constituent des terreaux fertiles pour les tornades. Il peut y en avoir un peu plus là qu’à Sept-Îles, par exemple, où il n’y en aura pas. »

« Une microrafale, c’est beaucoup plus large [qu’une tornade], mais sur une courte distance », explique M. Héroux.

« Calvaire, j’ai p'us de toit! »

« J’étais en train de souper quand le temps est devenu noir d’un coup », confie Gérard Amyot, un résident de Lachute. « La maison a commencé à craquer, mais fortement, et les chats ont pris la cave. »

« En jetant un œil dehors, j’ai vu les gros arbres qui tombaient comme des cure-dents. J’ai dit à ma femme : "Recule, je ne sais pas si la maison va lever". Mais ça n’a même pas duré 30 secondes. »

Ému, la voix étranglée par l’émotion, un autre citoyen, qui vient d’acquérir une résidence, raconte qu’il avait l’intention de la rénover avant que les vents de la veille ne viennent arracher le toit de sa maison.

« Il mouillait très fort, et à un moment, j’ai senti un grand vent et un paquet d’affaires passer en avant des fenêtres, j’ai senti la maison vibrer, relate Alain Marineau. Je me suis dit : calvaire, qu’est-ce qui se passe? »

Le résident de Lachute raconte être sorti de la maison pour constater les dégâts. « Il y avait plein d’arbres par terre, et en regardant en haut [vers la maison] : "calvaire, j’ai p'us de toit!" ».

Le directeur régional de la sécurité publique pour Montréal, Laval, Lanaudière et les Laurentides, Gilles Desgagnés, explique que personne n’a utilisé le service d’hébergement mis sur pied par la municipalité, mais qu’un employé reste sur place afin de répondre à une éventuelle demande de service.

Deux résidences pour personnes âgées et l’usine d’eau potable fonctionnent à l’aide de génératrices. La SQ et les pompiers continuent à faire du porte-à-porte pour faire en sorte que les citoyens soient en sécurité et que les systèmes électriques soient fermés.

Une microrafale à Montréal

À Montréal, le parc Notre-Dame-de-Grâce, du quartier du même nom, a été particulièrement frappé par les vents qui ont déraciné ou cassé des arbres plus que centenaires.

Le maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Russell Copeman, se désole de l'ampleur des dégâts.

« Un arbre a un cycle de vie, explique-t-il. Quand ça vieillit, ça devient plus fragile. Ce sont des arbres centenaires qui n’ont pas pu résister à des rafales de 100 km/h. C’est absolument extraordinaire. »

Les travailleurs d'Hydro-Québec doivent couper le courant passant dans les fils électriques qui traînent par terre. « Les équipes d’Hydro-Québec doivent passer avant de procéder à l’élagage et au nettoyage des branches », explique M. Copeman.

Six rues de l'arrondissement sont toujours jugées impraticables, sur les 25 touchées par la microrafale.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a indiqué au cours d’une conférence de presse que les élus de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce avaient la situation bien en main et assuraient une coordination des services avec Hydro-Québec.

Il a tout de même certifié que son administration serait présente si le besoin s’en faisait sentir.

Des milliers de clients d’Hydro-Québec sont toujours privés de courant dans la province, dont environ 7000 à Montréal et un peu plus de 1000 dans les Laurentides. Plus de 500 employés de la société d'État travaillent afin de rétablir le courant dans les zones touchées. Hydro-Québec rappelle que les clients doivent vérifier le bon état de leur entrée électrique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine