Retour

Arrestation d'un journaliste : Radio-Canada défend la démarche d'Antoine Trépanier

Radio-Canada soutient la démarche de son journaliste Antoine Trépanier, qui est visé par une plainte pour harcèlement criminel dans le cadre d'une enquête journalistique sur une femme s'étant faussement présentée comme avocate.

Cette enquête portait sur la directrice générale des Grands Frères Grandes Soeurs (GFGS) de l'Outaouais, Yvonne Dubé, qui s’est faussement présentée comme avocate et a pratiqué le droit sans autorisation.

Mme Dubé a déposé une plainte au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) contre le journaliste Antoine Trépanier pour harcèlement criminel. Dans sa déclaration, elle affirme craindre pour sa sécurité « à la suite de menaces reçues et de communications répétées de la part d'un homme », a indiqué le SPVG par voie de communiqué.

Aucune accusation n’a été portée contre le journaliste, qui a été relâché après avoir signé une promesse de comparaître.

« Nous trouvons que son arrestation était sans fondement, qu’il ne faisait que son travail et que celui-ci respectait à 100 % les normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada », affirme le directeur des Services français de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau, Yvan Cloutier.

Selon M. Cloutier, Antoine Trépanier a communiqué avec Mme Dubé une première fois le lundi 12 mars pour lui offrir un droit de réplique, puisqu'il allait publier son enquête dans les jours à venir.

Après une discussion d’une vingtaine de minutes, le journaliste a offert à Mme Dubé de faire une entrevue devant la caméra, pour l’ajouter à son reportage, ce qu’elle a accepté.

Cependant, Yvonne Dubé ne s’est jamais présentée à ladite entrevue. Elle a plutôt fait savoir qu’elle refusait finalement l’entretien.

Le lendemain, le 13 mars, Antoine Trépanier a envoyé un courriel afin de donner une dernière occasion à Mme Dubé de s’expliquer devant la caméra, si elle le désirait, avant la parution de l’enquête journalistique la concernant.

En fin de soirée, le journaliste a reçu l’appel du Service de police de la Ville de Gatineau pour lui annoncer qu’il était en état d’arrestation et qu’il devait se présenter au poste de police.

Antoine Trépanier s’est donc rendu au poste de police, accompagné de ses deux patrons, pour signer une promesse de comparaître. La procédure n’a duré que quelques minutes et M. Trépanier s’est engagé à ne plus communiquer avec la plaignante. Il devrait comparaître le 20 juin prochain.

Dans son communiqué, le SPVG a confirmé avoir reçu la plainte de Mme Dubé, jugeant qu'il s'agissait d'« une déclaration crédible ».

Le SPVG a assuré qu'il considérait « comme primordiaux la liberté de la presse et le droit du public à une information de qualité, exacte, rigoureuse et complète. En aucun cas et dans aucune circonstance, le SPVG n'a eu l'intention de brimer un journaliste dans l'exercice de ses fonctions et de restreindre sa liberté de presse ».

Il rappelle aussi que le service de police « croit foncièrement au respect des droits des victimes qui désirent porter plainte afin que leur dossier soit traité en toute impartialité ».

M. Trépanier continuera d’être affecté à titre de journaliste à Radio-Canada Ottawa-Gatineau pendant la suite des procédures.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards