Retour

Arrivés en chantant à Fort McMurray, des pompiers de l'Afrique du Sud repartent en protestant

Les pompiers venus de l'Afrique du Sud pour aider à combattre le feu de forêt de Fort McMurray sont repartis chez eux à cause d'un différend concernant leur salaire.

Les 281 combattants du feu ont quitté leur camp d'hébergement à bord de six autocars, samedi après-midi.

Ils ont ensuite été déposés à la garnison d'Edmonton, où ils ont passé la nuit, avant de s'envoler pour leur pays dimanche.

Les pompiers sud-africains, qui avaient gagné le coeur de bien des Canadiens en chantant et en effectuant une danse traditionnelle à leur arrivée à l'aérogare d'Edmonton, avaient cessé de travailler mercredi après avoir découvert qu'ils étaient moins payés que leurs collègues en Alberta.

Ils avaient appris par la presse qu'ils étaient censés percevoir de 15 $ à 20 $ l'heure, alors qu'en réalité le contrat qu'ils avaient signé chez eux stipulait qu'ils seraient payés 50 $ pour une journée de travail de 12 heures.

Beaucoup d'entre eux qui vivent déjà dans la pauvreté dans leur pays ont eu le sentiment de se faire flouer.

Dans une déclaration écrite, des responsables de la haute direction du programme de création d'emplois du gouvernement sud-africain, qui a embauché les travailleurs, ont mentionné : « Cela fait partie de l'éthique de travail des pompiers, de surtout et avant tout offrir des services d'urgence. Nous sommes très déçus de ne pas avoir réussi à régler cette affaire en interne avant qu'elle ne devienne un incident international. »

Quelques-uns des pompiers sud-africains craignent de recevoir des sanctions disciplinaires une fois qu'ils seront de retour chez eux.

Feu de forêt à Fort McMurray

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine