Retour

Atlantic Charger : les naufragés sont en route vers Terre-Neuve

Les neuf pêcheurs à bord de l'Atlantic Charger, le bateau de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador qui a fait naufrage lundi dans l'Arctique, ont tout juste eu le temps de quitter le navire avant qu'il s'enfonce dans la mer.

Iona Young, la femme du capitaine, a pu parler à son mari au téléphone. « Il ne leur reste rien. Que les vêtements qu'ils ont sur le dos », dit-elle.

L'Atlantic Charger rempli de flétan a commencé à prendre l'eau au large de Resolution Island, au Nunavut, tôt lundi matin.

Les neuf membres d'équipage ont appelé les secours et ont tout juste eu le temps d'embarquer sur un radeau de survie.

Un sauvetage réussi

Les équipes de sauvetage des Forces maritimes de l'Atlantique et de la Force opérationnelle interarmées sont très fières du travail accompli lundi soir. Elles soulignent que ce sauvetage périlleux a été possible grâce aux efforts de collaboration.

Le bateau en détresse a été localisé huit heures après le premier appel d'urgence. Les équipes d'aide ont travaillé d'arrache-pied pendant 12 heures pour secourir les neuf passagers.

« Le problème c'est que cette région du monde est très vaste », souligne le contre-amiral, John Newton, des Forces maritimes de l'Atlantique. S'ajoutent à cela les puissants vents de 70 km/h et les vagues de 3-4 mètres de haut.

Une fois repéré, un avion militaire a pu larguer une radio près du radeau de sauvetage des naufragés pour assurer la communication avec eux. Le cargo MV Arctic a ensuite récupéré les pêcheurs.

Le navire a mis le cap sur Iqaluit, à 400 km de distance. Un navire de La Garde côtière canadienne doit ensuite prendre en charge les rescapés et les ramener à bon port, à Harbour Grace, Terre-Neuve. Ils devraient arriver tard vendredi ou samedi matin.

Un navire dernier cri

L'Atlantic Charger est partiellement submergé, mais on ne sait pas encore s'il pourra être renfloué.

Il s'agit d'un navire de 2,5 millions de dollars lancé en 2013. Le constructeur, Northern Boat Repairs de Port Saunders, à Terre-Neuve, affirme qu'il s'agit d'un navire très stable et résistant.

Le propriétaire, Val Cull, considère que la construction de ce navire est le plus grand accomplissement de son entreprise jusqu'à maintenant. Il pense que des valves et des prises d'eau liées à un système de réfrigération dernier cri ont pu causer le naufrage partiel.

Il a bon espoir que le navire pourra être récupéré parce que des caissons étanches devraient le maintenir près de la surface.

Plus d'articles

Commentaires