Retour

Attaque à l’aéroport de Flint : Amor Ftouhi a tenté d'acheter une arme à feu

L'auteur présumé de l'attaque contre un policier à l'aéroport de Flint, au Michigan, le Montréalais Amor Ftouhi, a tenté, en vain, d'acheter une arme à feu aux États-Unis. C'est du moins ce qu'avancent les autorités policières de l'État du Michigan et le FBI lors d'un point de presse tenu, jeudi, sur la progression de l'enquête.

Amor Ftouhi, 49 ans, est détenu au Michigan. Il comparaîtra le 28 juin prochain devant le juge qui décidera s'il le remet, ou pas, en liberté.

Ce Montréalais, qui détient la double nationalité canadienne et tunisienne, est passible d'une peine de 20 ans de prison pour avoir perpétré un geste de violence à un aéroport international. Dans l'éventualité où pareil geste causerait la mort, ce serait l'emprisonnement à perpétuité ou la peine de mort.

Jeffery Neville, le lieutenant de police victime de l'attaque à l'aéroport international Bishop de Flint, repose dans un état stable à l'hôpital et sa condition s'améliore.

Les autorités américaines ont découvert qu'après être entré légalement aux États-Unis le 16 juin dernier, Amor Ftouhi avait tenté, sans succès, d'acheter une arme à feu aux États-Unis.

Par la suite, quelque part sur la route au sortir de New York, le suspect s'est procuré un couteau, a déclaré le procureur général par intérim du district est du Michigan, Daniel L. Lemisch. Des documents déposés à la cour révèlent qu'il s'agit d'un couteau de type Amazon Jungle Survival Knife.

Un acte terroriste?

Amor Ftouhi pourrait faire face à des accusations liées au terrorisme, s'il s'avère qu'il s'agit bel et bien d'un acte terroriste, affirme le procureur Lemisch.

Les premières informations montrent qu'Amor Ftouhi est arrivé à Flint le 18 juin. « Je ne peux pas dire s'il y est arrivé plus tôt, mais nous avons preuve de sa présence à Flint le 18 juin », a expliqué David P. Gelios, l'agent spécial chargé de l'enquête pour le FBI.

Jusqu'à présent, rien n'indique qu'Amor Ftouhi était en lien avec qui que ce soit dans la région de Flint et dans l'État du Michigan en général. Les enquêteurs ne disposent pas, non plus, d'information selon laquelle qui que ce soit était au courant de l'attaque ou aurait pu porter assistance à l'auteur de cette attaque.

Un véhicule laissé dans le stationnement de l'aéroport

La police fédérale a interrogé une vingtaine de témoins jusqu'ici. Elle a également mené des perquisitions, et d'autres sont à venir, a précisé David P. Gelios, qui a précisé qu'Amor Ftouhi n'était pas connu des autorités canadiennes ni américaines,

Les agents du FBI ont notamment examiné de près le véhicule utilisé par Amor Ftouhi pour se rendre aux États-Unis. Le suspect l'avait laissé dans le stationnement de l'aéroport où s'est déroulée l'attaque en matinée, mercredi.

David P. Gelios affirme que le véhicule a procuré aux enquêteurs des informations qui pourraient leur fournir des pistes.

À Montréal, l'enquête suit son cours

En parallèle aux efforts menés par les autorités américaines pour éclaircir cette affaire, des policiers de Montréal et des inspecteurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) mènent leur propre enquête.

Jeudi, ils ont terminé la perquisition menée dans l'immeuble où résidait Amor Ftouhi, dans l'est de Montréal.

Le procureur Lemisch a tenu à remercier les autorités canadiennes pour « leur coopération ».

Amor Ftouhi, camionneur et père de trois enfants

Lorsqu'il a comparu mercredi en début de soirée devant la juge américaine Stephanie Dawkins Davis, Amor Ftouhi a épelé avec difficulté son nom en anglais. La juge a été avisée qu'il a une certaine connaissance de l'anglais mais qu'il parle surtout le français.

Un avocat, David Koelzer, a été désigné par le tribunal pour le représenter.

Selon un rapport des services judiciaires fait à la juge Davis, Amor Ftouhi vit au Canada depuis 10 ans, est marié et père de trois enfants. Il a aussi la nationalité tunisienne.

Il travaillait sporadiquement comme camionneur.

Selon ce que l'accusé a déclaré, il ne souffre pas de troubles mentaux ni physiques et n'a pas de problème de drogue ou d'alcool.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine