Retour

Attaque à Notre-Dame de Paris : l'assaillant a évoqué la Syrie

Un homme a attaqué un policier à coups de marteau sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, à Paris, avant d'être blessé par des tirs de riposte de l'agent. L'assaillant aurait crié « C'est pour la Syrie! » avant de commettre son geste.

Le policier attaqué par l’individu a été blessé lors de l’assaut, mais ses jours ne sont pas en danger, selon la police de Paris.

L'assaillant a pour sa part été blessé au thorax. On ignore pour l'heure la gravité de son état, rapportent des sources policières.

« L'auteur des faits a été neutralisé et orienté vers un hôpital », a indiqué la préfecture de Paris sur son compte Twitter.

« C'est pour la Syrie! »

Il s’agirait d’un attentat terroriste, selon le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui a déclaré que le suspect se serait écrié « C’est pour la Syrie! » avant de s’en prendre à l’agent qui patrouillait aux abords de la cathédrale.

Le ministre a ajouté que le suspect était aussi en possession de couteaux de cuisine.

La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête, trois jours après une attaque meurtrière revendiquée par le groupe armé État islamique (EI) à Londres.

Le périmètre de Notre-Dame, l'un des sites touristiques les plus fréquentés de Paris, dans le 4e arrondissement de la capitale, a été bouclé par les forces de l'ordre.

« La situation est maîtrisée », a déclaré la préfecture de police sur son compte Twitter.

Karine Dalle, chargée de la communication du Diocèse de Paris, a déclaré sur BFM TV que quelque 900 personnes étaient confinées dans la cathédrale. Des photos diffusées sur Twitter par des visiteurs montrent des fidèles et des touristes en prière dans l'enceinte de Notre-Dame.

Notre-Dame de Paris dans la mire des terroristes

Une voiture contenant plusieurs bonbonnes de gaz sans dispositif de mise à feu avait été découverte le 4 septembre 2016 non loin de Notre-Dame. Trois femmes et un homme soupçonnés de préparer une « action violente » avaient été mis en examen le12 septembre.

Le président français, Emmanuel Macron, a fait savoir le 24 mai qu'il demanderait la prolongation de l'état d'urgence, qui arrive à échéance le 15 juillet, jusqu'au 1er novembre.

La France est sous le régime de l'état d'urgence depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a déclaré dans un entretien au Parisien, publié lundi, que les forces de sécurité françaises étaient en alerte « maximale ».

« Nos services portent une attention spéciale à la détection des signaux faibles, indiquant la radicalisation de tel ou tel individu ou le risque d'un passage à l'acte. Cela est crucial pour prévenir de nouveaux attentats selon le mode opératoire observé à Londres samedi », explique-t-il notamment.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine