Retour

Attaque d’une Première Nation à Lillooet : « Une communauté sous le choc »

Susan James, chef de la bande Xwisten (Bridge River), affirme que ses membres sont « en état de choc » après l'attaque de plus d'une dizaine de personnes dans un bureau de la Première Nation à Lillooet, dans l'intérieur-sud de la Colombie-Britannique.

« Nous sommes une grande famille, ces personnes travaillaient ensemble depuis des années et étaient des employés de longue date », raconte-t-elle, ajoutant qu'elle est « submergée » par des messages de soutien provenant de membres de bandes autochtones partout dans la province.

Au total, 11 personnes ont été blessées. Deux d'entre elles se trouvent dans un état critique et ont été héliportées à l'hôpital, explique la régie de la santé du centre de la province, et deux autres sont dans un état sérieux. L'assaillant présumé, un homme dans la vingtaine, est décédé sur les lieux.

Incompréhension et guérison

Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le suspect a pénétré dans les bureaux de la bande Bridge River à Lillooet, dans le centre de la province vers 8 h 30 mercredi. À son arrivée sur place, l'homme avait déjà été « maîtrisé ». Le Bureau d'enquête indépendant (IIO) a été appelé pour faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme.

Susan James explique que les membres ne comprennent pas le motif de cette attaque, et que la communauté doit maintenant se recentrer afin que la guérison puisse commencer.

Mercredi soir, les membres de la bande autochtone se sont réunis autour d'un feu le temps de quelques chants pendant que le coroner se préparait à retirer le corps du suspect.

La ville de Lillooet compte environ 2300 résidents et se trouve à 250 kilomètres au nord-est de Vancouver.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine