Entonnant l'hymne national d'une seule voix comme un cri de ralliement, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant la mairie d'Edmonton pour démontrer leur solidarité face aux événements considérés comme des actes terroristes survenus samedi soir dans la capitale albertaine.

Bravant la pluie et le froid, ils étaient nombreux à vouloir exprimer leurs remerciements aux premiers secours qui ont répondu aux attaques.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, le maire d'Edmonton, Don Iveson, et d’autres autorités officielles se sont succédé au podium pour réitérer que la Ville et la province ne céderaient pas à la peur.

Dans la foule, de nombreuses personnes brandissaient des pancartes écrites à la hâte pour affirmer un message d’amour pour Edmonton et ses résidents.

Coiffée de son voile, l’Edmontonienne Abla Kacemi avoue qu’une partie d’elle voulait rester à la maison aujourd’hui, mais l’appel au rassemblement lui a donné le courage de sortir. Par sa présence, elle a tenu à prouver que sa religion n’est pas source de violence.

« Le terrorisme n’a pas de communauté, de prénom ou de nom. C’est juste du barbarisme », a tenu à souligner Bashir Ahmed, l'un des membres de l’organisation canado-somalienne de l’Alberta.

« Nous ne laisserons pas la haine nous diviser », a mentionné un autre membre de la communauté somalienne d’Edmonton, Ahmed Abdulkadir, qui a reconnu qu’il s’inquiétait de la manière dont les Edmontoniens allaient réagir au cours des prochains jours.

Le rassemblement était organisé à l’appel du Conseil des affaires publiques musulmanes de l’Alberta (Alberta Muslim Public Affairs Council) qui a fermement condamné les attaques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine