Deux attaques terroristes sont survenues en plein coeur de Londres samedi soir, faisant au total 10 morts, dont les trois assaillants, et 48 blessés, selon les autorités britanniques.

La première attaque est survenue sur le pont de Londres, qui enjambe la Tamise au centre de la ville, alors que la seconde a eu lieu dans le marché public de Borough Market, à quelques centaines de mètres seulement au sud du pont.

Les suspects ont foncé sur la foule à l’aide de leur véhicule – une camionnette blanche – sur le pont de Londres. Ils ont continué à rouler du pont jusqu’au quartier de Borough Market avant d’abandonner la camionnette.

Les assaillants auraient ensuite commencé à poignarder les passants, incluant un agent du service de transport chargé d'intervenir sur la scène de crime. L'agent a subi de graves blessures, mais on ne craint pas pour sa vie.

Selon la radio de la BBC, les clients du restaurant où l'agression a été commise se sont défendus en jetant des tables et des chaises sur leurs agresseurs.

Les suspects ont été identifiés et abattus par les policiers environ huit minutes après que leur présence eût été signalée dans Borough Market. Ils portaient ce qui semblait être des ceintures d’explosifs, mais les policiers ont confirmé qu'il ne s’agissait que d’imitations.

Outre le bilan provisoire rendu public par les autorités, le service ambulancier de Londres rapporte que 48 patients ont été transportés dans cinq hôpitaux de la ville à la suite des attaques perpétrées sur le pont et à Borough Market.

D'autres personnes qui ont souffert de blessures légères ont été soignées sur place, ont ajouté les autorités.

Une troisième attaque avait été rapportée plus tôt dans le quartier branché de Vauxhall, dans le sud de Londres. La police a toutefois déclaré sur Twitter que l'incident – également une attaque au couteau – était un acte isolé, pas lié aux attaques du pont et de Borough Market.

Quelques heures après les deux attaques, des témoins ont rapporté avoir entendu des bruits d'explosions, mais il s'agissait en fait d'opérations contrôlées par les autorités.

Les autorités sur le pied d'alerte

La police a invité la population a faire preuve de prudence et de retenue sur les réseaux sociaux pour éviter la propagation d'informations erronées. Elle a également tweeté des conseils à l'intention du public sous la formule « Run, hide, tell » (« courez, cachez-vous, appelez la police »).

Les autorités britanniques sont sur le qui-vive depuis l'attentat de Manchester, où une explosion a tué 22 personnes et en a blessé 59 autres à la fin d'un concert d'Ariana Grande, il y a une dizaine de jours.

La première ministre britannique Theresa May a indiqué suivre la situation de près. Par voie de communiqué, elle a qualifié les événements de « terribles », mais a précisé que l'enquête « progressait rapidement ».

Theresa May a également souligné le travail des intervenants sur le terrain en précisant qu'elle convoquait une réunion du « Cobra », son cabinet d'urgence, dès dimanche pour faire le point sur la situation.

Le maire de Londres Sadiq Khan a pour sa part condamné les attaques qu'il a qualifié de « délibérées et lâches ». Il a ajouté que ses pensées étaient avec les victimes de ces « actes barbares » et a remercié les premiers répondants pour leur travail.

Sadiq Khan doit également prendre part à la réunion du Cobra en compagnie de Mme May dimanche.

Le pont de Londres demeure fermé à la circulation, selon les responsables du réseau de transport de la ville de Londres.

Les stations de métro London Bridge et Borough Market ont également été fermées à la demande de la police.

L'attaque de samedi n'a pas encore été revendiquée par le groupe armé État islamique, mais le groupe a diffusé un message samedi sur la messagerie cryptée Telegram dans lequel il appelle ses partisans à attaquer les « Croisés » avec des camions, des couteaux et des armes à feu pendant le Ramadan.Voyez des images de la soirée :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine