Retour

Attentat de Québec : des leaders religieux portés par l’espoir

Des leaders religieux estiment que le climat social s'est amélioré dans la province depuis l'attentat de Québec.

Un texte d’Alain Rochefort

Parmi les nombreuses conséquences de cette tragédie s’en dégage au moins une qui a eu un effet positif sur la société québécoise, selon l'imam Hassan Guillet.

« Je remarque maintenant que les gens s'ouvrent plus, les gens se parlent plus. Les gens ont fini par comprendre que les musulmans d'à côté, ce n'est pas un ennemi, ce n'est pas un étranger. C'est un être humain, c'est un citoyen », a-t-il déclaré, en marge de la troisième journée des commémorations de l’attentat.

Des représentants des Premières Nations et des communautés religieuses anglicanes, juives et catholiques lui donnent raison. Ils se sont tous réunis dimanche soir pour un grand rassemblement spirituel présenté au Pavillon de la jeunesse.

« C'est sûr que la xénophobie va exister. Il y en existe partout. Ce n’est pas plus à Québec qu'ailleurs, souligne pour sa part David Weiser, président de la communauté juive de Québec. Mais je pense que oui, la population va être curieuse et faire des efforts pour en apprendre davantage sur les autres groupes culturels ».

Recueillement spirituel

Des témoignages, de la musique, des prières interconfessionnelles et des discours de représentants de diverses communautés religieuses étaient d’ailleurs au menu de la soirée coanimée par Ève-Marie Lortie et Khadija Saïd.

Des proches des victimes ont de leur côté raconté leur parcours depuis la soirée du 29 janvier 2017. Ils soulignent avoir choisi le Québec comme terre d'accueil et avoir l'intention d'y demeurer à long terme malgré la tragédie.

La célébration s'est terminée avec des jeunes qui ont chanté en choeur, main dans la main, pour symboliser l’espoir. Trois orphelins de l'attentat sont entre autres montés sur scène.

Avec les informations de Fanny Samson

Plus d'articles