Retour

Attente à l’urgence : Gaétan Barrette fait fausse route, selon les urgentologues

La plus récente solution proposée par le ministre Barrette pour améliorer le temps d'attente dans les urgences, celle de créer une cinquantaine de supercliniques, est une mauvaise idée, selon l'Association canadienne des urgentologues.

La présidente de l'association, Jill McEwen, soutient qu'il faut plutôt s'attaquer aux débordements en passant par la réglementation. Elle cite en exemple l'Angleterre, qui impose un maximum de quatre heures d'attente dans les urgences.

Réunis en congrès à Québec pour le week-end, près d'un millier d'urgentologues de partout au Canada se penchent sur des solutions afin d'améliorer les temps d'attente dans les urgences.

Pour Nathalie Le Sage, urgentologue à l'hôpital l'Enfant Jésus, il faut notamment revoir le fonctionnement des autres départements des hôpitaux. « Les hôpitaux qui ont les meilleurs résultats sont ceux où il y a une volonté administrative d'aller en amont et en aval de l'urgence », soutient-elle.

Un problème national

En matière de temps d'attente aux urgences, c'est tout le Canada qui tire de l'arrière en Occident, plaide la présidente de l'association. « Le problème ne s'arrête pas aux départements d'urgence », déclare-t-elle.

L'Association plaide pour une stratégie canadienne pour améliorer les soins de première ligne. Elle espère que le gouvernement de Justin Trudeau sera un bon interlocuteur pour s'attaquer au problème.

Rappelons que jeudi, le Commissaire à la santé et au bien-être du Québec, Robert Salois, a dressé un bilan désastreux du temps d'attente dans les urgences de la province.

Dans son rapport, le commissaire note que 35 % des patients qui se sont présentés à l'urgence dans la dernière année ont attendu plus de cinq heures avant d'être pris en charge, alors que cette proportion se situe à 15 % en Ontario, à 5 % en Allemagne et aux États-Unis, et à 2 % en Suisse.

Plus d'articles

Commentaires