Retour

Au moins six conseillers de la Maison-Blanche ont utilisé leur messagerie privée

Au moins six conseillers de la Maison-Blanche ont utilisé leur messagerie privée en discutant de questions liées à leur travail, révèle le New York Times.

Le quotidien précise que Stephen Bannon, l’ancien stratège en chef de la Maison-Blanche, et Reince Priebus, l'ancien chef de cabinet de Donald Trump, figurent parmi les conseillers qui ont eu recours à leur courriel personnel pour discuter d’affaires liées au gouvernement.

Ivanka Trump, la fille aînée du président américain et épouse de Jared Kushner, proche conseiller de Donald Trump, a aussi utilisé sa messagerie personnelle au moment où elle agissait comme conseillère de son père nouvellement élu.

Les hauts fonctionnaires sont censés utiliser la messagerie officielle du gouvernement lorsqu’ils traitent de questions liées à leurs fonctions, notamment afin que leurs conversations soient mises à la disposition du public.

Il ne leur est pas interdit d'utiliser des comptes de messagerie privés tant et aussi longtemps qu'ils transfèrent à leurs comptes officiels des messages relatifs à leur travail afin qu'ils soient conservés.

Cette information est rendue publique au lendemain de révélations similaires concernant Jared Kushner. Il aurait utilisé un courriel personnel lors de communications officielles avec d'autres représentants de la Maison-Blanche.

En 2016, durant la campagne présidentielle, le candidat républicain Donald Trump avait talonné son adversaire Hillary Clinton qui avait reconnu avoir utilisé sa messagerie privée lorsqu’elle servait comme secrétaire d’État. Il en avait même fait une pièce maîtresse de sa stratégie d’attaque pour miner la crédibilité de la candidate démocrate.

Le FBI s’en est mêlé, mais les autorités avaient finalement décidé de ne pas poursuivre Mme Clinton. Le directeur de l’agence fédérale avait conclu que Mme Clinton et les membres de son équipe avaient été « extrêmement négligents » dans leur manipulation d'informations classifiées. Il a toutefois indiqué que rien ne laissait paraître qu’ils avaient voulu enfreindre la loi.

Plus d'articles

Commentaires