Retour

Autobus scolaires électriques : de Saint-Jérôme à la Californie

Autobus Lion, de Saint-Jérôme, exporte depuis décembre ses autobus scolaires électriques en Californie. Des discussions vont bon train pour en vendre davantage à des organisations scolaires de la côte ouest des États-Unis, ainsi que dans d'autres États américains.

Un texte de Francis Labbé

Autobus Lion fabrique des autobus électriques depuis 2011 et a commencé à les vendre en 2015. Depuis, l'entreprise en a vendu environ 70, dont une cinquantaine au Québec. « Ce nombre augmente à chaque semaine », explique Marc Bédard, président d'Autobus Lion.

« Chaque semaine, nous envoyons un à deux autobus électriques à Sacramento [en Californie]. Ils vont nous en acheter une trentaine en tout. Et nous discutons aussi avec la région de Los Angeles pour en fournir environ 80 de plus, parce que la Californie est très sérieuse dans sa volonté d'électrifier les transports », poursuit M. Bédard.

L'entreprise de Saint-Jérôme a commencé par construire des véhicules à moteur diésel, mais depuis 2014, elle a mis au point un modèle entièrement électrique, ce qui en fait le seul fabricant d'autobus scolaires électriques à grande capacité en Amérique du Nord.

Autobus Lion compte 85 employés et assemble tous les composants de ses véhicules. « Nous assemblons aussi nos batteries », insiste Marc Bédard. « Nos autobus offrent une autonomie qui varie de 90 à 120 kilomètres, selon le modèle. »

L'autobus électrique se prête particulièrement bien au transport scolaire. Les véhicules ont le temps d'être rechargés entre les trajets, les routes sont prévisibles et les chauffeurs sont souvent les mêmes.

Marc Bédard, président, Autobus Lion

Chaque véhicule se vend un peu moins de 300 000 $. Le gouvernement du Québec offre une subvention d'environ 125 000 $. « Sans la subvention, ça ne serait pas rentable », affirme pour sa part Pierre Breton, d'Autobus Breton, à Saint-Georges, qui possède deux autobus électriques.

« Il est souhaitable que cette subvention soit maintenue si on veut continuer à encourager les transporteurs à acheter des autobus électriques », poursuit-il. À l'heure actuelle, il faut compter entre six et sept ans pour rentabiliser l'investissement à la suite de l'achat d'un autobus électrique, selon Marc Bédard, des Autobus Lion.

Silence

Si sa conduite n'est pas différente de celle d'un autobus « normal », l'autobus scolaire électrique a la particularité d'être très silencieux. « Je fais plus attention aux gens qui sont à l'extérieur », explique Nathalie Labonté, qui conduit un autobus scolaire électrique depuis la rentrée d'automne pour Autobus Séguin, de Terrebonne.

« Le véhicule est très silencieux. Il n'y a pas ce bruit de moteur ou de radiateur. On entend mieux la radio ou le téléphone si quelqu'un appelle. Les enfants n'ont pas besoin de parler aussi fort pour se comprendre. On dirait que ça les calme. J'aime beaucoup cet autobus! », dit-elle en riant.

Autobus Séguin, de Terrebonne, a fait l'acquisition d'un autobus scolaire électrique en août 2016. « Nous devrions avoir une économie sur le diésel et sur l'entretien », affirme Jeff Séguin, directeur général d'Autobus Séguin. « Il faut cependant le voir comme un investissement à long terme. »

« Nous avons fait cet achat pour faire notre part pour l'environnement et aussi parce que nous pensons que dans l'avenir, ce genre de véhicule, qui fonctionnera à autre chose qu'au diésel, sera répandu. Est-ce que les autobus du futur seront électriques? Difficile de le dire. »

Pas encore parfait

Pierre Breton est président et propriétaire d'Autobus Breton, à Saint-Georges, en Beauce. Il a été le tout premier acquéreur d'autobus scolaires électriques, il y a environ un an et demi. Il en a acheté deux. « Ça va bien, mais ce n'est pas encore fiable à 100 %, souligne-t-il. Il arrive régulièrement que nous ne puissions en utiliser un des deux. »

« Il arrive qu'ils ne démarrent pas. Mais dans l'ensemble, ils fonctionnent bien. La compagnie nous aide dans ce domaine, parfois ils se déplacent ici pour venir nous voir et s'attaquer aux problèmes », explique M. Breton.

Autobus Lion dit être en discussion avec des sociétés des États de New York et du Massachusetts pour y vendre des autobus scolaires électriques. L'entreprise compte aussi se lancer dans la fabrication d'autres types de véhicules au cours des prochaines années, comme des camions de livraison et des camions lourds.

Plus d'articles

Commentaires