Retour

Baisse moyenne de 16 % du prix de l'essence en 2015, selon CAA-Québec

Les automobilistes québécois ont bénéficié d'une baisse généralisée du prix de l'essence en 2015, à l'exception de ceux de la région de Montréal, qui, les vendredis, ont été victimes de hausses injustifiées, selon une compilation publiée lundi par l'association d'automobilistes CAA-Québec.

La moyenne des prix de l'essence a diminué de 16 % au Québec en 2015 par rapport à l'année précédente. Le propriétaire d'une compacte comme une Honda Civic 2014, qui a parcouru 20 000 km au cours de l'année, a ainsi pu économiser plus de 300 $ grâce à cette baisse des prix.

Le conducteur d'une fourgonnette Dodge Caravan 2014, qui a parcouru la même distance, a quant à lui économisé 500 $, tandis que le propriétaire d'une camionnette Chevrolet Silverado a épargné plus de 550 $ dans les mêmes conditions.

Le baril de pétrole brut raffiné a perdu 50 % de sa valeur en 2015 avec un prix moyen de 52 $, mais la marge de raffinage a augmenté de 67 % par rapport à 2014, pour atteindre 20 cents le litre. La faiblesse du dollar canadien explique en partie cette augmentation de la marge de raffinage.

Malgré cette baisse des prix de l'essence, les automobilistes québécois n'ont pas eu droit au même traitement que leurs homologues des États-Unis, où l'essence se vend 62 cents canadiens le litre.

Plusieurs raisons expliquent que les prix à la pompe ne diminuent pas autant au Québec qu'aux États-Unis :

. l'augmentation de la marge de raffinage;
. l'entrée en vigueur de la seconde phase du marché du carbone;
. le recul du dollar canadien par rapport à la devise américaine;
. le taux de taxation du litre d'essence (41 % à Montréal).

La région de Montréal défavorisée

CAA-Québec a observé que les automobilistes montréalais ont été victimes de hausses injustifiées les vendredis en 2015. L'association juge que sur les 17 hausses du prix à la pompe survenues un vendredi l'an dernier, 11 étaient démesurées et sans fondement.

De plus, la marge au détail a augmenté de 7 % dans la région montréalaise, alors qu'elle a fondu respectivement de 20 % et 18 % à Québec et Sherbrooke.

Anne-Sophie Hamel, porte-parole de CAA Québec, souligne que la présence de trois essenceries Costco dans la région de Québec contribue à faire chuter les prix. « Ils ont une politique qui est d'avoir un prix qui est très près des coûts d'acquisition, donc ils ne font pas beaucoup de profits sur leurs ventes d'essence - ils ont une stratégie derrière ça évidemment - mais ça reste que les prix sont beaucoup plus intéressants », explique Mme Hamel en entrevue à ICI RDI.

« On parle des fois de 5 ou 6 cents en bas des autres détaillants, poursuit-elle. Ça fait aussi que les autres détaillants n'ont pas le choix de s'adapter à la politique des prix de Costco pour ne pas perdre leur clientèle. Donc un marché beaucoup plus concurrentiel et on le remarque parce que les prix ont descendu, mais aussi la marge au détail a fondu au cours de deux dernières années. »

CAA-Québec estime que l'industrie pétrolière applique encore des stratégies défavorables aux automobilistes, avec des hausses substantielles et injustifiées ainsi que par des épisodes de trop grande stabilité à la pompe.

« Cette stratégie pénalise l'automobiliste parce qu'en augmentant le prix le vendredi, on sait que les gens font beaucoup plus de déplacements la fin de semaine, mais en plus, le week-end, il n'y a pas beaucoup de changements ou de fluctuations qui se font sur le prix à la pompe, ou très rarement, poursuit-elle. Donc, ça nous donne un trois jours où le prix est beaucoup plus élevé que ce qu'il devrait être. »

Plus d'articles

Commentaires