Retour

Barrette met la pression sur les médecins pour inscrire plus de patients

Plus d'un demi-million de Québécois qui n'avaient pas de médecin de famille en ont un, dorénavant. « Des résultats tangibles et positifs qui sont un effet direct de la loi 20 », affirme le ministre Gaétan Barrette, qui invite néanmoins les omnipraticiens à accroître leur accessibilité pour répondre aux objectifs du gouvernement d'ici la fin de l'année.

À l'heure actuelle, ce sont 5,9 millions de Québécois qui ont un médecin de famille. Mais 834 000 citoyens n'en ont toujours pas.

En conférence de presse, mercredi, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé que, pour éviter d'être sanctionnés, les médecins omnipraticiens devront « accélérer les choses ».

Sinon, armé de sa Loi édictant la Loi favorisant l’accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée, le ministre Barrette imposera des sanctions financières individuelles aux médecins qui refuseront d'étendre substantiellement leur clientèle, et d'accroître d'autant leur disponibilité à leurs patients dans leur cabinet. Ces éventuelles sanctions pourraient réduire la rémunération des médecins dans une proportion allant jusqu'à 30 %. La loi a été adoptée en novembre 2015.

Alors, est-ce qu'il reste encore beaucoup de patients à inscrire? La réponse, évidemment, c'est oui. Pour atteindre l'objectif au 31 décembre 2017, il faut inscrire encore, à nouveau, 834 000 citoyens de plus.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

« Les médecins répondent à l'appel », dit Barrette

Certes, le ministre a salué les efforts déployés depuis un peu plus de deux ans par les omnipraticiens, pour améliorer leur accessibilité et leur assiduité. Cette évolution dans la pratique des médecins québécois fait en sorte qu'au lieu de se réfugier aux urgences, un nombre grandissant de Québécois s'en remettent au professionnel de la santé qui leur est attitré, dit en substance M. Barrette.

Toutefois, il s'agit d'« un moment charnière », estime le ministre. Les omnipraticiens ne disposent en effet que de 11 mois pour inscrire 85 % des Québécois dans leur registre de patients. Cette cible ultime est celle sur laquelle le ministère s'était entendu avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), lors d'une entente qualifiée d'historique.

Et pour atteindre cet objectif, il faudra que les médecins inscrivent deux patients par jour d'ici la fin de l'année.

Une collaboration « adéquate » de la FMOQ

À la fin de 2016, 74 % de la population avait un médecin de famille, soit un peu moins de la cible de 77 % qui avait été fixée pour cette date. Gaétan Barrette ne blâme pas la FMOQ pour autant, affirmant que la Fédération « dans ce dossier-là, collabore de façon tout à fait adéquate ».

Par voie de communiqué en fin de journée, mercredi, la FMOQ a mis en lumière les obstacles à la prise en charge de nouveaux patients.

Les omnipraticiens affirment que le Guichet d’accès aux médecins de famille (GAMF) ne fonctionne pas comme il devrait. Environ 58 % des patients encore en attente d'un médecin de famille sont inscrits à ce guichet, dans l'espoir d'en obtenir un.

Au nombre des obstacles, la FMOQ cite aussi l’incapacité, pour les médecins de famille qui le souhaitent, de délaisser leurs tâches en milieu hospitalier pour se concentrer sur la prise en charge de patients. La Fédération déplore enfin le manque de soutien administratif offert aux médecins pratiquant en CLSC.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu manges du yogourt passé date?