Des données satellitaires acquises récemment montrent que les nombreux dépôts volcaniques répartis sous la surface lunaire contiennent de grandes quantités d'eau.

Un texte d'Alain Labelle

Les astronomes ont longtemps pensé que le manteau de la Lune ne recelait que peu ou pas d’eau.

Des traces d’eau ont toutefois été découvertes, en 2008, dans des roches volcaniques rapportées par les astronautes des missions lunaires Apollo 15 et 17. Puis, en 2011, une autre étude de ces roches a permis de constater qu’elles contenaient pratiquement autant d’eau que le basalte présent sur Terre.

Le chercheur Ralph Milliken et ses collègues de l’Université Brown, à Providence, dans l’État du Rhode Island, affirment que les gisements contiennent peu d'eau, environ 0,05 %. Cependant, ils sont énormes et peuvent atteindre jusqu'à 1000 kilomètres carrés.

Le seul satellite naturel de la Terre serait donc étonnamment riche en eau.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Geoscience.

La présence d’eau sur la Lune est une bonne nouvelle pour la NASA, qui espère envoyer une mission habitée vers la Lune et éventuellement une colonie. Cette eau pourrait ainsi être utilisée comme ressource. L'oxygène et l'hydrogène contenus dans l'eau pourraient être employés afin de fabriquer du carburant pour des moteurs de fusée, ce qui réduirait considérablement les coûts de l'exploration spatiale en permettant de lancer des vaisseaux en dehors de l'atmosphère terrestre.

L'hypothèse la plus largement répandue sur l'origine de la formation de la Lune est celle supposant une énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine