Retour

Bernie Sanders, l'homme qui pourrait battre Hillary Clinton

Il est un candidat-vedette. Plus de 27 000 personnes se sont déplacées pour l'entendre à Los Angeles. Il dénonce les élites et la classe politique à Washington. Son message est relayé des milliers de fois sur les réseaux sociaux. Un récent sondage le place devant Hillary Clinton dans un État crucial. Donald Trump? Non. Bernie Sanders.

Un billet de Yanik Dumont Baron correspondant à Washington

Vous êtes en droit de demander : « Bernie qui? » L'homme de 73 ans se décrit comme un « social-démocrate ». Il est l'un des deux indépendants élus au Sénat américain (l'autre est Angus King, du Maine). Rien pour se faire remarquer. Jusqu'à tout récemment. Comme Donald Trump chez les républicains, Bernie Sanders dérange l'ordre établi dans le parti. Sa présence déstabilise, intrigue, remet bien des choses en question.

Le candidat démocrate à la présidentielle de 2016 promet une « révolution politique ». Son message est plus à gauche que celui de Clinton. Il reprend certains thèmes des luttes d'Occupy Wall Street. Ceux qui assistent à ses rassemblements sont des jeunes, des travailleurs. « Ils comprennent que l'économie des États-Unis ces jours-ci, que la politique des États-Unis ces jours-ci sont truquées en faveur des riches et des puissants », expliquait le politicien à MSNBC.

Un engouement passager?

Dans les dernières semaines, le nombre de spectateurs à ses rassemblements s'est fait plus important. Quelque 8000 à Dallas, 11 000 à Phoenix, 28 000 à Portland. En comparaison, la plus grande foule qu'Hillary Clinton a attirée dépasse à peine 5000 personnes. Ajoutez à ces foules record ce récent sondage dans l'État-clé du New Hampshire, qui place Clinton en deuxième position pour la première fois, quelques points derrière Sanders. De quoi rendre nerveux l'entourage de l'ancienne secrétaire d'État.

D'où la note qui circule ces jours-ci chez les démocrates à Washington. Une façon de rassurer les donateurs et les militants. « Les campagnes gagnantes ont un plan et n'y dérogent pas. Le président Obama a subi d'importantes pressions en 2007 pour abandonner sa stratégie. » Un message qui survient au moment où Hillary Clinton semble incapable de se défaire de l'aura de méfiance qu'elle suscite chez une majorité d'Américains.

Le directeur de campagne de Clinton poursuit sa note en énumérant les avantages que possède sa candidate pour contrer les adversaires républicains : bien de l'argent, beaucoup de données pour cibler les électeurs, énormément de militants prêts à faire sortir le vote dans les États qui comptent.

Jamais Bernie Sanders n'est nommé dans cette note de six pages. Mais on ne peut s'empêcher de lire entre les lignes : Clinton est mieux placée que lui pour affronter les républicains, peu importe la quantité de gens qui se déplacent pour écouter Sanders.

Comme si les proches d'Hillary Clinton souhaitaient que Bernie Sanders ne soit qu'un amour d'été chez les démocrates!

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine