Retour

BitTorrent, un protocole informatique qui s'essouffle

« Torrentz vous aimera toujours. Au revoir. ». C'est désormais la seule réponse à toutes les recherches effectuées sur torrentz.eu, l'un des plus anciens sites web consacrés au téléchargement par BitTorrent, qui a cessé ses activités vendredi. De nombreux internautes se demandent maintenant si ce protocole informatique à la limite de la légalité n'est pas en train de tranquillement disparaître.

Un texte de Jérôme Labbé

Conçu au tournant des années 2000, BitTorrent permet aux internautes d'échanger des fichiers entre eux grâce au programme uTorrent, développé par BitTorrent Inc. Ce protocole informatique est surtout utilisé pour échanger gratuitement de la musique, des films, des séries télévisées, des jeux vidéos et des programmes informatiques. Ces fichiers sont hébergés de façon anonyme sur les ordinateurs des utilisateurs, mais ils sont répertoriés dans des annuaires comme Torrentz.

La fermeture de ce site intervient alors qu'un autre important agrégateur, KickassTorrents, a aussi fermé ses portes le 20 juillet dernier. Son administrateur présumé, un Ukrainien de 30 ans, a été arrêté lors d'un déplacement en Pologne. Il est aujourd'hui menacé d'extradition vers les États-Unis, où de multiples plaintes ont été déposées contre lui.

Les annuaires de BitTorrent et ses utilisateurs font l'objet depuis plusieurs années d'une lutte sans merci des autorités réglementaires - américaines, mais aussi d'autres pays -, qui mettent de plus en plus de pression sur les distributeurs pour mettre fin à ce système, qui ne verse pas de droits d'auteur aux artisans.

Au fil des ans, certains annuaires se sont pliés au règlement et ont commencé à accepter de ne plus répertorier certains fichiers à la demande des autorités réglementaires. C'était notamment le cas de Torrentz, qui comptait des millions d'utilisateurs dans le monde.

« Cette fermeture surprise marque la fin d'une époque », pouvait-on lire vendredi sur le site TorrentFreak, un blogue faisant office de référence pour les échanges de fichiers entre pairs (peer-to-peer, ou P2P). Fondé en 2003, TorrentZ était l'un des plus anciens annuaires BitTorrent.

Toutefois, la lutte des autorités réglementaires ne peut expliquer à elle seule le déclin du protocole informatique. La popularité du programme iTunes, qui facilite grandement l'achat de musique en ligne, et celle des services de diffusion en mode continu (streaming) comme Apple Music, Spotify, Netflix ou YouTube ont certainement contribué à diminuer sa portée, si bien que plusieurs observateurs s'interrogent de plus en plus sur l'avenir de BitTorrent.

L'annuaire le plus populaire de la planète, The Pirate Bay, demeure néanmoins en ligne, même si plusieurs pays comme la France, la Belgique et le Royaume-Uni en ont interdit l'accès. Ce site a souvent défrayé la chronique en se battant pour sa survie devant les tribunaux européens, allant même jusqu'à engendrer un mouvement politique et faisant élire des députés en Suède, en Islande et en Allemagne.

Il existe encore des dizaines d'autres annuaires de fichiers BitTorrent, la plupart répertoriant des produits culturels anglophones issus des grandes compagnies d'Hollywood. Fondé au Québec, le site Torrent411 (ou t411) est l'un des annuaires de torrents francophones les plus populaires du monde. Bloqué en France l'an dernier, le site a récemment déménagé ses pénates en Suisse.

Avec Le Monde

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine