Retour

BlackBerry aide la police à « arrêter les méchants » depuis des années

EXCLUSIF - Alors qu'Apple a fait les manchettes récemment pour son refus de débloquer l'iPhone de l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino, en Californie, une enquête de CBC révèle que BlackBerry collabore de plein gré avec les autorités un peu partout dans le monde depuis des années.

Selon des sources internes, la multinationale ontarienne a notamment intercepté des messages pour aider les enquêteurs au Brésil dans le dossier de la destitution de la présidente Dilma Rousseff.

BlackBerry aurait aussi collaboré avec les autorités américaines en 2013, authentifiant des messages BBM dans l'enquête qui a mené à la suspension pour dopage du joueur de baseball Alex Rodriguez.

Une autre source de CBC ajoute : « Si tu as la capacité de mettre de mauvaises personnes qui ont commis des crimes derrière les barreaux, pourquoi ne pas aider à le faire? Pourquoi ne pas aider à faire arrêter les méchants? »

Pour sa part, BlackBerry refuse de commenter l'ampleur de sa collaboration avec les corps policiers, citant la « nature extrêmement délicate du processus ».

La compagnie ajoute : « La pratique de BlackBerry a toujours été de faire ce qui était juste, tout en respectant des balises légales et éthiques, lorsque [la compagnie] reçoit une demande d'aide pour l'appréhension de criminels ».

Pas de supervision externe

Le chercheur postdoctoral à l'Université de Toronto Christopher Parsons, qui se spécialise sur les questions de protection de la vie privée, s'inquiète du secret entourant les procédures de BlackBerry.

« Il y a des pays dans le monde où c'est, malheureusement, ce qui se passe », explique M. Parsons.

Ce dernier souligne que BlackBerry fait fi du traité international d'assistance judiciaire mutuelle par lequel des officiels canadiens évaluent d'abord si une requête est légale en vertu de la loi canadienne. Le processus peut être long, admet-il, ce qui explique pourquoi les services policiers préfèrent parler directement à BlackBerry.

Aux États-Unis, ajoute le chercheur, la loi empêche les compagnies comme Apple, Facebook et Google d'intercepter les communications de leurs usagers à la demande d'agences étrangères.

Pour sa part, l'ancien directeur adjoint au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et consultant pour la firme HK Strategies Ray Boisvert affirme : « À l'époque médiatique post-Snowden, tout le monde pointe vers des empiètements de la vie privée perçus chaque fois qu'on fait mention d'un service de police que utilise des pouvoirs typiques/traditionnels - mais autorisés par la Cour - pour enquêter sur un comportement criminel potentiel basé sur le principe primaire de droit commun ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine