Retour

Bombardier estime que ses actions ont porté fruit

Bombardier rapporte jeudi une perte nette de 94 millions de dollars, (0,04 $ US par action) pour le 3e trimestre de l'exercice en cours. Il s'agit d'une nette amélioration par rapport à celle de 490 millions $US déclaré au deuxième trimestre, mais surtout par rapport à celle de 4,89 milliards $US au trimestre correspondant de 2015.

Le géant québécois de l'aéronautique ajoute qu'au trimestre ayant pris fin le 30 septembre dernier, ses revenus se sont élevés à 1,31 milliard $US, en baisse de 16 % comparativement à ceux de 1,56 milliard $US rapportés un an plus tôt.

« Au troisième trimestre, nous avons une fois de plus tenu nos engagements financiers, nous avons réalisé les jalons de nos programmes, et nous continuons de mener les actions nécessaires, bien que difficiles, pour améliorer notre productivité, réduire nos coûts et optimiser nos activités opérationnelles », indique Alain Bellemare, président et chef de la direction.

Bombardier souligne notamment la « solide performance » de sa division avions d'affaires. Avec 109 avions livrés au cours des neuf premiers de l'année, la multinationale prévoit maintenant en livrer un total de 150, ce qui est plus élevé que prévu.

En ce qui concerne les avions commerciaux de la C Series, dans lesquels Québec a investi 1 milliard $US l'an dernier, Bombardier indique qu'il livrera finalement 7 avions plutôt que les 15 prévus en raison des retards de livraison des moteurs construits par Pratt & Whitney. L'entreprise dit qu'elle s'efforce maintenant d'accélérer la cadence de production et à accroître son carnet de commandes. 

Il y a trois semaines, Bombardier a annoncé une restructuration majeure qui se traduira par la suppression de 7500 postes dans le monde d'ici deux ans, dont 2000 au Canada. Elle veut ainsi réduire ses coûts, comme le prévoit un plan de redressement présenté en 2015 pour accroître sa profitabilité et sa compétitivité d'ici 2020.

Ces mesures s'ajoutaient à celles annoncées huit mois plus tôt qui avaient affecté 7000 postes, dont 2000 contractuels, dans l'ensemble des installations.

« Alors que 2016 s'achève, nous avons confiance en notre stratégie et en notre plan de redressement, et nous sommes persuadés de pouvoir atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2020 », affirme M. Bellemare à ce sujet.

Plus d'articles