Retour

Bombardier obtient une injonction contre Metrolinx qui voulait résilier son contrat

L'agence ontarienne de transport régional Metrolinx a échoué dans sa tentative visant à faire annuler le contrat de 770 millions de dollars octroyé à Bombardier (TSX:BBD.B) pour 182 voitures de trains légers à Toronto.

Dans une décision rendue mercredi, le juge Glenn Hainey de la Cour supérieure de l'Ontario a tranché en faveur du constructeur québécois, qui avait demandé une injonction.

Cela oblige les deux parties à s'asseoir afin de trouver une solution.

Bombardier et Metrolinx n'ont pas encore commenté.

Metrolinx avait émis un avis d'intention en octobre dernier en vue de résilier l'entente, affirmant que Bombardier avait raté plusieurs échéances afin de lui livrer un prototype.

L'agence ontarienne faisait valoir l'urgence d'agir pour identifier un nouveau fournisseur afin de respecter l'échéancier de 2021 pour la mise en service de la ligne de train léger Eglinton Crosstown à Toronto, dont la facture est estimée à 5,3 milliards.

Bombardier répliquait en disant avoir identifié les problèmes ayant provoqué les retards et se disait en mesure de livrer tous les trains légers à temps à partir de 2018, comme prévu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine