Certains articles publiés dernièrement en ce qui concerne le gras dans l'alimentation suscitent la division dans le milieu médical. L'épicerie a voulu y voir clair.

Un texte d’Émilie Jacob, de L’épicerie

L’idée que l’on puisse manger n’importe quel type de gras sans s’inquiéter pour notre santé est vivement contestée par le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal. « Depuis deux ans, il y a tout un courant de pensée qui dit qu’on s’est trompé depuis 30 ans, qu’il faut revenir en arrière et dire qu’on peut manger tous les gras qu’on veut. Je pense que c’est une grosse erreur. »

Selon lui, la littérature est très claire : quand on remplace les gras saturés par de meilleurs gras, on note une amélioration de la santé.

« Là où la communauté scientifique a erré dans les années 80, c’est de mettre tous les gras dans le même panier. On disait de diminuer tous les gras. Ça, c’était une erreur, tout le monde en convient », dit le Dr Juneau. « On sait maintenant qu’il y a de bons gras, comme les mono-insaturés, les polyinsaturés oméga-3, puis les oméga-6, tant qu'on n'en abuse pas », poursuit-il.

On retrouve ces gras mono-insaturés dans certaines huiles végétales, comme les huiles de canola, d’avocat ou d’olives. Il n’y a pas que les huiles végétales qui soient une source de gras mono-insaturés. Il y a aussi certains aliments comme les avocats ou les noix. Les aliments riches en gras polyinsaturés comme le saumon et la sardine sont aussi très intéressants à cet égard.

Le problème de certains aliments comme la viande rouge, le bacon, les saucisses, le beurre et le fromage, c'est qu’ils contiennent beaucoup de gras saturés. Cela ne veut pas dire qu'il faut les retirer complètement de notre alimentation, relativise la nutritionniste Catherine Lefebvre. « [L’idée] n’est pas de ne plus manger de fromage ou de viande. C’est de laisser plus de place à des aliments qui contiennent une plus grande proportion de gras insaturés, tout simplement », poursuit Mme Lefebvre.

Ce sont surtout des produits d’origine animale qui contiennent des gras saturés, mais certaines huiles végétales tropicales en contiennent aussi beaucoup, notamment la populaire huile de coco. Il y a en fait plus de gras saturés dans l’huile de coco que dans le beurre.

Éviter les gras trans

Un type de gras fait l’unanimité : les gras trans. Ces gras, que l’on retrouve principalement dans les produits industriels, contiennent des huiles hydrogénées néfastes pour la santé. D’ailleurs, à partir du 15 septembre 2018, les gras trans seront interdits au Canada.

Pour le Dr Juneau, la solution est simple. « Depuis 50 ans, on dit que l’alimentation méditerranéenne est probablement la meilleure alimentation à suivre. Cela veut dire des grains entiers, des légumineuses, des fruits et des légumes, le moins de produits transformés possible. Comme ça, vous ne vous trompez pas. »

Catherine Lefebvre est du même avis. « C’est simple comme bonjour : on n’a pas besoin de décortiquer des listes d’ingrédients ou de déchiffrer des tableaux de valeur nutritive ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine