Retour

Boris Johnson s'attire les foudres en évoquant les cadavres de la Libye

La Libye pourrait redevenir attirante pour les touristes et investisseurs, à condition qu'on « s'y débarrasse des cadavres » : voilà la nouvelle bourde commise par le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson. La déclaration lui a valu bien des critiques.

M. Johnson, qui s'est rendu en août en Libye, a affirmé que des entreprises britanniques souhaiteraient investir dans la ville de Syrte.

Voilà plus de six ans, depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, que le pays est mis à feu et à sang par les affrontements internes et les luttes de pouvoir entre milices.

Au cours du congrès annuel du Parti conservateur, dans la ville de Manchester, le ministre Johnson a affirmé que les compagnies britanniques désireuses de faire des affaires en Libye « ont la brillante vision de faire de Syrte le prochain Dubaï ». Il a également vanté « le sable blanc, la beauté de la mer » et « les jeunes habitants brillants ».

« La seule chose qu'ils ont à faire est de se débarrasser des cadavres », a-t-il ensuite ajouté avant de se mettre à rire.

Un historique de pieds dans la bouche

La carrière politique de Boris Johnson est émaillée de ces gaffes, erreurs, bourdes et autres déclarations incendiaires. Sa personnalité controversée séduit une partie de l'électorat, mais braque l'autre partie contre lui.

Ses commentaires sur Syrte, où a été vaincu en décembre le groupe armé État islamique (EI), ont ainsi suscité l'ire d'Emily Thornberry, porte-parole de l'opposition en matière d'affaires étrangères.

« Ce commentaire incroyablement grossier [...] est une nouvelle preuve que Boris n'est pas fait pour ce poste. [La première ministre britannique Theresa] May doit remettre de l'ordre dans le gouvernement et le renvoyer », a renchéri la députée libérale-démocrate Jo Swinson.

Il en fallait plus pour démonter Johnson, qui a répliqué sur Twitter, accusant des gens « n'y connaissant rien sur la Libye » de « jouer politiquement avec la réalité terriblement dangereuse de Syrte ».

« La réalité, c'est que le nettoyage des cadavres des combattants de Daech (acronyme arabe de l'EI) a été compliqué par les engins explosifs », a-t-il poursuivi.

« C'est pourquoi la Grande-Bretagne joue un rôle clé dans la reconstruction de la Libye où je me suis rendu deux fois cette année », a ajouté le ministre dans un autre message publié sur le réseau social.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine