Retour

Brad Wall : l'inébranlable doyen des premiers ministres

Après plus de huit ans au pouvoir et malgré une économie grandement fragilisée, le premier ministre de la Saskatchewan est toujours bien en selle.

Un texte de Marc Godbout

Rien ne semble ébranler l'appui envers le premier ministre de la Saskatchewan.

Brad Wall reste pratiquement aussi populaire qu'à son arrivée à la tête de la province en 2007.

Alors que le mouvement conservateur est en pleine période de reconstruction au pays, le contraste est frappant en Saskatchewan.

Le chef du Parti saskatchewanais sollicite un troisième mandat et, à mi-chemin en campagne, il maintient le cap.

Brad Wall est le premier à admettre que la croissance économique des dernières années a beaucoup contribué à sa popularité, mais le boom étant fini, le plus difficile est peut-être à venir.

Le combattant

Comme en Alberta, le sud de la Saskatchewan souffre profondément de la chute du prix du pétrole, mais la morosité n'a toujours pas amené un vent de mécontentement à l'endroit de Brad Wall.

Dans la capitale énergétique de la Saskatchewan, Estevan, aux prises avec une des pires crises économiques de son histoire, Brad Wall est presque perçu comme un héros.

Partout où il passe durant la campagne, Brad Wall se présente comme le grand défenseur des intérêts de la province en posant une question : « Qui peut se battre pour la Saskatchewan? »

Le paradoxe Wall

Vu de la Saskatchewan, Brad Wall ne donne pas nécessairement l'image d'un dur, mais vu de l'extérieur, c'est une autre histoire.

« C'est un premier ministre qui est à droite, mais qui est relativement modéré, assez centriste. Un populiste, mais quand même pas extrême. Mais quand il sort de sa province pour aller la défendre, il ne fait pas dans la subtilité », explique Daniel Béland.

En quelques mots ou en quelques caractères sur les réseaux sociaux, le ton est souvent provocateur : lutte contre les changements climatiques, Bombardier et, surtout, Énergie Est, il n'hésite pas à mener la charge contre Ottawa, Québec et le maire de Montréal, Denis Coderre.

En entrevue à Radio-Canada, le premier ministre Wall se défend de tenir un discours anti-Québec:

Juste à temps pour les élections, en habile politicien, Brad Wall a su peser sur les bons boutons.

La péréquation s'impose en trame de fond, thème qui canalise la frustration de la population en l'absence de l'appui du Québec pour le projet Énergie Est.

L'oléoduc étant perçu comme la clé pour ouvrir d'autres marchés, la péréquation que reçoit le Québec grâce au pétrole de l'Ouest fait désormais partie du discours populaire.

Rumeurs récurrentes sur l'avenir de Brad Wall

En deux mandats, Brad Wall a su se donner un profil national. Même s'il est en pleine campagne électorale provinciale, certains se demandent encore si la direction du Parti conservateur fédéral l'intéresse.

Les rumeurs ne se sont jamais complètement estompées depuis qu'il a répondu en français à une question, il y a près de deux ans. Or, aujourd'hui, lorsqu'on lui demande comment il maîtrise cette langue, il se limite à répondre que son français n'est pas très bon.

Pour ce qui est de la course à la succession de Stephen Harper, il se veut le plus clair possible:

« Je ne me présente pas au fédéral. C'est un mandat de quatre ans. Je ne me présente pas en politique fédérale. Mon intérêt est pour la Saskatchewan. Comment pourrais-je mener une campagne nationale sans l'appui du Québec? » dit-il avec un petit sourire difficile à décoder.

Est-ce de l'ironie ou du réalisme?

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine