Retour

Brenda Lucki, première femme nommée à la tête de la GRC

Brenda Lucki est la première femme à être nommée de façon permanente à la tête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Sa nomination entrera en vigueur le 16 avril.

Le premier ministre Justin Trudeau en a fait l'annonce ce matin à Regina, à l'occasion d'une visite du centre d'entraînement du corps policier, où Mme Lucki occupe actuellement les fonctions de commandante.

Faisant valoir les mérites de Mme Lucki, ses nombreuses années d'expérience dans différentes provinces canadiennes et à l'étranger et les diverses distinctions qu'elle a reçues au cours de ses fonctions, le premier ministre a souligné l'importance de son poste et des nombreuses responsabilités qu'elle aura à porter.

« Elle sera responsable de toutes les activités de la GRC : la prévention de la criminalité, les enquêtes criminelles, maintenir la paix et l’ordre au niveau national, apporter de l’aide à tous les autres corps policiers canadiens. Elle va aussi jouer un rôle essentiel dans la réconciliation avec les peuples autochtones, [et au sein de la GRC] dans la promotion de l’égalité et de l’équité de sexes, en s’assurant du bien-être mental des agents de la GRC et en réglant les problèmes de harcèlement », a-t-il poursuivi.

Disant être très fière de sa nomination, Brenda Lucki a de son côté indiqué qu’elle avait l’intention de donner une nouvelle direction au corps policier qu’elle dirigera bientôt.

La nomination de Brenda Lucki survient alors que les révélations embarrassantes se multiplient sur l'inconduite sexuelle et le sexisme dans les rangs de la GRC, un an après que le commissaire Bob Paulson eut présenté ses excuses pour la discrimination contre les policières et convenu d'une entente à l'amiable de 100 millions de dollars dans deux actions collectives.

Mme Lucki a prononcé quelques phrases hésitantes dans la langue de Molière lors de son discours.

Fait étrange à noter, au cours de la conférence de presse annonçant cette nomination, deux des cadets de la GRC postés immobiles derrière le micro, un homme et une femme, sont tombés et ont dû être emmenés ailleurs. Ils vont bien, selon la GRC, qui affirme que le phénomène est dû à une immobilité trop longue qui nuit à la circulation sanguine.

Un défi considérable : écoutez l'entrevue de Michel C. Auger avec Pierre-Yves Borduas, sous-commissaire de la GRC à la retraite

31 ans au sein de la GRC

Comptant 31 ans d'expérience à la GRC, Mme Lucki a aussi servi en ex-Yougoslavie et au sein de la police civile des Nations unies en Haïti.

Elle a reçu plusieurs honneurs au fil des années, y compris deux médailles des forces de protection des Nations unies et la médaille de service des Casques bleus canadiens.

Brenda Lucki est aussi membre de l'Ordre du mérite des corps policiers en reconnaissance de son travail pour améliorer les relations avec les Premières Nations, alors que ces relations sont particulièrement difficiles.

Elle est originaire d'Edmonton, en Alberta.

La remplaçante de Bob Paulson, qui a pris sa retraite en juin dernier, a été choisie par un comité de sélection indépendant et non partisan formé de six femmes et trois hommes et dirigé par l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick Frank McKenna.

Une première femme, Beverley Busson, avait dirigé la GRC de façon intérimaire pendant six mois en 2007.

Plus d'articles