Alors que le cas de Bruce McArthur avance lentement devant les tribunaux, d'importantes décisions juridiques restent à déterminer, notamment si le présumé tueur en série risque de subir plus qu'un procès.

Bruce McArthur, qui est accusé des meurtres prémédités de huit hommes, a comparu brièvement mercredi à Toronto.

Une audience préparatoire au procès, qui doit se dérouler à huis clos, a quant à elle été fixée au 20 juin.

Lors de ces audiences, la Couronne et la défense aborderont un certain nombre de questions, dont le plaidoyer, la durée possible du procès, et d'autres questions relatives à la preuve.

Mais l'enquête se poursuit, et des fouilles doivent toujours avoir lieu dans une dizaine de propriétés.

De nouvelles accusations pourraient donc être portées. L'option d'un mégaprocès, ou celle de diviser les accusations et de fixer plusieurs procès sont sur la table.

Qu'est-ce qui est dans l'intérêt du public?

« La Couronne prendra certainement l'intérêt du public en considération », estime l'avocat Daniel Lerner, qui est aussi ancien procureur de la Couronne en Ontario.

Selon Me Lerner, les procureurs pourraient décider qu'il est dans l'intérêt du public de ne pas chercher à obtenir des condamnations pour chaque meurtre, mais plutôt se concentrer sur quatre ou cinq condamnations.

La vice-doyenne de la faculté de droit de l'Université d'Ottawa Carissima Mathen, estime que la décision dépendra en partie de la stratégie de la Couronne.

« Si la Couronne tente d'établir un lien entre les victimes alors un seul mégaprocès peut aider », dit-elle.

Les contraintes de temps

La police continue de compiler des milliers de preuves, dont plus de 1800 éléments de preuve prélevés à l'intérieur de l'appartement du présumé tueur en série.

Selon l'ancien détective de la police régionale de York Kevin Bryan, la divulgation de tous les éléments de preuve relatifs à l'appartement seulement pourrait prendre des mois.

Toutefois, le fait d'avoir plusieurs procès et plusieurs jurys différents augmente les chances d'avoir plusieurs verdicts.

Le cas de Picton

Dans le cas du tueur en série Robert Pickton, le juge avait décidé de diviser les 26 accusations de meurtre en deux procès, pour éviter un lourd procès unique.

L'éleveur de porcs a été jugé et condamné en 2007 en lien avec six chefs d'accusation de meurtre au deuxième degré.

Cette décision de la Cour, et la peine maximale d'emprisonnement sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans qui a suivi ont mené la Couronne à abandonner les 20 autres accusations.

À l'époque, la Couronne avait avoué que la décision était difficile à accepter pour certaines familles de victimes.

Plus d'articles