Retour

Bruit au parc Jean-Drapeau : Saint-Lambert revient à la charge

Après avoir été déboutée dans sa requête pour faire réduire de façon urgente le volume sonore des grands spectacles musicaux en provenance du parc Jean-Drapeau, la Ville de Saint-Lambert demande à la Cour supérieure de se pencher à nouveau sur le dossier.

Dans un communiqué, la Ville précise qu'elle renonce à demander l'émission d'une injonction interlocutoire et qu'elle « axera désormais ses efforts sur l'obtention d'une injonction permanente ».

Vendredi dernier, la juge Chantal Corriveau, de la Cour supérieure du Québec, a rejeté la demande d'ordonnance de sauvegarde de la municipalité avant le coup d'envoi de la saison des spectacles au parc Jean-Drapeau.

Elle a refusé d'imposer une limite de 95 dB lors des spectacles présentés sur l'île Sainte-Hélène, estimant que la Ville de Montréal et le promoteur Evenko pourraient subir un préjudice en raison des pertes économiques liées à une réduction du niveau sonore.

Dans sa nouvelle requête, Saint-Lambert argue que la juge Corriveau, même si elle a rejeté son premier recours « a tout de même conclu que le recours de la Ville de Saint-Lambert est "sérieux" ». Le procureur de la municipalité, Me Alain Chevrier, explique en outre que « le juge saisi d'une demande d'ordonnance de sauvegarde n'a pas à se prononcer sur le fond du litige ».

Si la Cour accepte d'entendre la cause, la Ville entend demander au juge qui sera nommé de « venir sur son territoire lors des spectacles musicaux majeurs, qui se tiendront entre le 31 juillet et le 15 août prochains, afin qu'il constate lui-même la situation ».

La municipalité demande que soit rétablie la limite de bruit qu'imposait Montréal avant l'été 2014, soit 60 dB dans les zones résidentielles. L'été dernier, les niveaux de bruits dans ces zones variaient entre 57 et 68 dB.

Plus d'articles

Commentaires