Retour

Bruxelles en état d'alerte maximale pour une menace « imminente »

L'Organisation de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), qui dépend du ministère belge de l'Intérieur a annoncé samedi une menace « imminente » pour la ville de Bruxelles. Le niveau d'alerte terroriste a été élevé au maximum (niveau 4) en raison d'un « risque d'attentat par des individus avec armes et explosifs à plusieurs endroits de la capitale », a affirmé le premier ministre Charles Michel.

Toutefois, l'OCAM  a ajouté que « le niveau 3 reste d'application pour le reste du pays ». 

Dans un communiqué de presse, l'OCAM mentionne « une menace sérieuse et imminente nécessitant la prise de mesures de sécurité spécifiques ainsi que des recommandations particulières à la population ».

Le centre de crise a annoncé dans un communiqué publié sur son site internet qu'il avait recommandé la fermeture du métro bruxellois pendant tout le week-end et la Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles a indiqué sur son compte Twitter que les quatre principales lignes resteraient fermées jusqu'à dimanche inclusivement. 

Les matchs de football prévus ce week-end seront reportés et toutes les manifestations publiques annulées, ont ajouté les autorités. Un concert de Johnny Hallyday a aussi été annulé samedi.

L'OCAM demande aussi aux Belges d'éviter les « les lieux à forte concentration de personnes », tels que « les concerts, les grands événements, les gares et aéroports, les transports en commun » et les commerces très fréquentés.

Dans la foulée, les autorités ont demandé à la population de faciliter les contrôles de sécurité. Des soldats et des policiers supplémentaires ont été déployés.

Bruxelles n'avait pas été placée en état d'alerte maximale depuis 2007, lorsque les autorités avaient soupçonné qu'une opération terroriste était en préparation pour libérer un islamiste tunisien, Nizar Trabelsi, condamné pour avoir planifié un attentat-suicide contre une base aérienne belge hébergeant des soldats américains.

Le gouvernement belge réévaluera dimanche après-midi la menace à la sécurité.

Interpellations en Belgique et en Turquie

Le niveau d'alerte a été relevé après l'interpellation d'un nouveau suspect dans les attaques de Paris en Belgique ce jeudi. Le suspect, dont l'identité est inconnue, est inculpé pour terrorisme.

C'est le troisième individu a être interpellé en lien avec les attentats de vendredi dernier. 

Deux suspects avaient été arrêtés le 14 novembre dernier dans la commune de Molenbeek. Il s'agit de Hamza Attou et Mohammed Amri. Ils étaient à bord de la même voiture que Salah Abdeslam, un autre suspect toujours en cavale, le lendemain du drame.

La police avait contrôlé leur véhicule à Cambrai, près de la frontière belge, alors que Salah Abdeslam n'était pas encore soupçonné. 

La commune de Molenbeek, en banlieue de Bruxelles, est considérée comme un terreau fertile du djihadisme en Europe.

Le présumé cerveau derrière les attentats de Paris qui a été abattu lors de l'assaut donné par la police dans un appartement de Saint-Denis, Abdelhamid Abaaoud en est originaire, ainsi que Salah Abdeslam et son frère Brahim. Ce dernier s'est fait exploser le soir-même des attentats de Paris. 

Par ailleurs, la police turque a interpellé samedi un Belge d'origine marocaine soupçonné d'avoir effectué des repérages en vue des attentats, rapporte l'agence de presse turque Dogan. Selon le média turque, Ahmet Dahmani, 26 ans, a été appréhendé dans un hôtel d'Antalya.

Deux autres individus, de nationalité syrienne, ont été interpellés sur une route des environs. Ils sont soupçonnés d'avoir aidé Dahmani à passer la frontière syrienne. Leur arrestation a eu lieu alors qu'ils s'apprêtaient à le retrouver. 

La police antiterroriste turque a été avertie de la présence d'Ahmet Dahmani à son arrivée en avion à Antalya et elle l'a suivi jusqu'à son hôtel, selon l'agence Dogan.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine