Retour

C'est fini pour Shapovalov à Flushing Meadows

Trois jeux décisifs, un seul résultat. Le parcours du Canadien Denis Shapovalov aux Internationaux des États-Unis a pris fin dimanche avec une défaite de 7-6 (7/2), 7-6 (7/4) et 7-6 (7/3) en huitièmes de finale contre l'Espagnol Pablo Carreno Busta, 12e tête de série.

Shapovalov n’a, du reste, pas à rougir de son match.

Agressif malgré les tentatives répétées de son adversaire de le faire frapper du revers, Shapovalov a bien exploité sa première balle de service (82 % de points gagnés) et réussi 54 coups gagnants.

Il a cependant commis 55 fautes directes.

Carreno Busta, en revanche, a inscrit 25 coups gagnants contre 29 fautes directes.

Il s’est qualifié pour les quarts de finale d’un tournoi du grand chelem pour la deuxième fois de sa carrière.

« Je n'ai pas aussi bien joué durant ce match que lors de mes précédents matches, j'ai eu ma chance, mais Pablo est très costaud mentalement », a constaté Shapovalov qui va se retrouver aux portes du top 50 mondial (51e).

« Ces deux dernières semaines vont changer ma vie, même si je sais que j'ai encore beaucoup de travail devant moi, je me suis rendu compte que je pouvais rivaliser avec les meilleurs », a-t-il ajouté.

Le match aurait pu prendre une tout autre tournure à 6-5 en première manche. En avant 40-15, Shapovalov a cependant gaspillé deux balles de manche avec des fautes directes.

Carreno Busta en a sauvé une troisième quelques secondes plus tard pour forcer un jeu décisif qu’il a enlevé somme toute facilement.

Un bris au quatrième jeu de la manche suivante a accru l’avantage de Carreno Busta, mais deux smashs ont permis à Shapovalov de rendre la pareille à son rival pour faire 5-4. Comme au premier acte, le jeu décisif a souri à l’Espagnol.

En avant 3-0 en troisième manche, Shapovalov a perdu les trois jeux subséquents, et le scénario du match a suivi son cours habituel.

L’avance de 4-0 de Carreno Busta au dernier jeu décisif lui aura suffi.

Une étoile est née

Flushing Meadows n'avait pas connu un tel phénomène de précocité et de culot depuis 1989 alors que Shapovalov était devenu vendredi le plus jeune joueur à atteindre les huitièmes de finale aux Internationaux des États-Unis depuis Michael Chang.

L'Américain avait 17 ans lorsqu'il avait participé aux 8e de finale de cette édition du rendez-vous américain.

Comme Chang, vainqueur quelques semaines plus tôt à la surprise générale de Roland-Garros et futur no 2 mondial, Shapovalov s'est arrêté en 8e de finale, mais il a marqué les esprits.

Après avoir battu le Français Jo-Wilfried Tsonga (no 12) au 2e tour, il a fait trembler Carreno Busta, 19e joueur mondial. Mais il a manqué logiquement d'expérience et de calme dans les trois jeux décisifs.

Il a aussi payé le prix de sa débauche d'énergie des dernières semaines qui l'ont vu atteindre les demi-finales de la Coupe Rogers, puis disputer les qualifications et enchaîner sept matches en deux semaines à Flushing Meadows.

Plus d'articles

Commentaires