Retour

C'est terminé pour l'un des plus vieux journaux du Canada

L'un des plus anciens quotidiens du pays, le Guelph Mercury, fait maintenant partie de l'histoire. Le journal, fondé en 1867, publie son dernier exemplaire papier aujourd'hui.

Le quotidien ajoute son nom au bas de la longue liste des entreprises qui ont succombé au « profond malaise » que traverse présentement le monde des médias canadiens, a annoncé son éditeur en début de semaine.

Selon Donna Leulo, la compagnie n'avait plus le choix : imprimer le journal n'était plus viable financièrement. Une équipe numérique permettra la mise en ligne d'une version web. 23 emplois à temps plein et 3 à temps partiel disparaissent avec la version papier, qui était distribuée dans le sud de l'Ontario.

Déception des lecteurs

De nombreux lecteurs regrettent cette décision. Nancy Mackenzie réside à Guelph. Elle affirme qu'elle achetait le Mercury « deux ou trois fois par semaine ». Elle appréciait particulièrement le contenu local, mais que ce sont surtout les personnes âgées qui souffriront de la disparition du journal.

Dominique O'Rourke était abonnée au Guelph Mercury depuis plusieurs années. Intervenante dans le milieu communautaire, elle y voyait non seulement une mine d'informations locales, mais une vitrine pour les gens de la région.

Il n'empêche que les lecteurs du journal n'étaient plus au rendez-vous, selon son éditeur. De 115 000, le nombre d'abonnés de la livraison à domicile dans la ville de Guelph est passé à moins de 9000.

L'auteur et enseignant Stephen Henighan n'est pas surpris par la nouvelle. Selon lui, le quotidien avait deux problèmes. D'abord, la qualité de son contenu laissait parfois à désirer. Ensuite, le journal était publié beaucoup trop tard à son avis.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Le vide laissé derrière la fin de la publication du journal pourrait cependant profiter à d'autres joueurs. Village Media, qui possède plusieurs sites d'information dans le nord de l'Ontario, compte maintenant étendre sa présence dans la région de Guelph.

La compagnie espérait lancer un nouveau site d'information en septembre, mais vu la tournure des événements, elle aimerait avancer l'ouverture à la semaine prochaine.

Selon Jeff Elgie, PDG de Village Media, deux journalistes et des pigistes seront embauchés. Ils espèrent recruter parmi ceux et celles qui ont perdu leur emploi au Guelph Mercury.

Avec des informations d'Annie Poulin

Plus d'articles

Commentaires