Retour

« C'est une défaite douloureuse qui le demeurera longtemps » - Hillary Clinton

« Nous devons accepter ce résultat et nous tourner vers l'avenir », a déclaré la candidate démocrate défaite à l'élection présidentielle, Hillary Clinton, s'adressant à ses militants ce midi, dans un hôtel de New York. « Cette défaite est douloureuse et elle le demeurera longtemps », a-t-elle ajouté en les invitant à continuer de travailler pour le bien des États-Unis.

Accompagnée de son mari, Bill, et de sa fille Chelsea, Mme Clinton a prononcé un discours émotif devant les membres de sa garde rapprochée aux traits tirés et aux mines défaites. Mme Clinton a révélé qu'elle a offert sa collaboration à son rival républicain, Donald Trump, pour le bien des États-Unis. « J'espère qu'il sera un bon président pour tous les Américains. »

L'ancienne première dame des États-Unis, sénatrice de l'État de New York et secrétaire d'État, était donnée favorite par la très grande majorité des observateurs de la scène politique américaine. Elle a finalement encaissé une dure défaite au terme d'une campagne électorale marquée par des scandales, des insultes et des incivilités de toutes sortes.

« Notre nation est plus profondément divisée que nous le croyions », a-t-elle conclu après les résultats de cette campagne. Demandant à ses militants d'accepter le choix des Américains, elle les a appelés à se montrer ouverts d'esprit à l'endroit de Donald Trump et à lui donner la chance de diriger le pays. La démocratie américaine dépend « d'une passation pacifique des pouvoirs », a-t-elle souligné.

« Ce n'est pas le résultat que nous escomptions ni celui pour lequel nous avons travaillé si fort, a-t-elle déploré, tout en se disant fière du travail accompli, fière de son équipe. « Vous êtes ce que l'Amérique a de meilleur », a-t-elle lancé aux militants réunis.

Le rêve américain ouvert à tous

Une fois la portion rassembleuse de son discours rendue, elle a réitéré les valeurs qui l'ont mue tout au long de sa campagne. « Nous avons passé un an et demi à rassembler des millions de personnes des quatre coins de notre pays pour dire d'une seule voix que le rêve américain était assez grand pour inclure tout le monde : les gens de toutes les races et de toutes les religions, les hommes et les femmes, les immigrants, les LGBT et les gens avec des handicaps. Tout le monde! »

« Maintenant, notre responsabilité, en tant que citoyens, est de continuer à faire notre part pour construire un meilleur pays, plus fort et plus juste. Et je sais que nous le ferons », a-t-elle affirmé.

Elle a réservé la dernière partie de son discours aux femmes qui l'ont appuyée. « À toutes les femmes, spécialement les plus jeunes, qui ont mis leurs espoirs en cette campagne et en moi, je veux que vous sachiez que rien ne m'a rendue plus fière que d'être votre championne. »

« À toutes les jeunes filles qui nous regardent, ne doutez jamais de votre valeur et de vos forces, et vous méritez toutes les chances et les occasions de poursuivre et d'atteindre vos propres rêves », a-t-elle conclu avant de quitter la scène.

« Nous sommes tous dans la même équipe », dit Obama

Dans un discours rassembleur prononcé mercredi midi à la Maison-Blanche, le président américain Barack Obama a assuré qu'il fera tout pour garantir une passation du pouvoir « réussie » avec Donald Trump. Il recevra jeudi son successeur à la Maison-Blanche pour préparer la transition.

Le président a reconnu qu'il y avait « des différences très importantes » entre M. Trump et lui, mais a souligné que de telles différentes existaient aussi entre George W. Bush et lui quand il s'est installé à la Maison-Blanche après l'élection de 2008. L'équipe du président Bush avait néanmoins été « professionnelle et généreuse » pendant tout ce processus, pour s'assurer que son successeur puisse être opérationnel dès son arrivée à la Maison-Blanche.

La passation pacifique du pouvoir est une « marque de fabrique » de la démocratie américaine, a plaidé M. Obama. La fonction présidentielle, a-t-il dit, « est plus grande que nous tous ». Bien sûr, « tout le monde est triste quand son équipe perd », a convenu le président, « mais le lendemain, nous sommes tous dans la même équipe. [...] Nous sommes d'abord des Américains, des patriotes. »

« Nous voulons tous ce qu'il y a de mieux pour ce pays et c'est ce que j'ai entendu de M. Trump quand je lui ai parlé. Cela m'encourage », a poursuivi le président. Soulignant que les Américains ont besoin d'être unis et inclusifs, de respecter leurs institutions et la règle de droit, et de se respecter les uns les autres, il a dit espérer que M. Trump « pourra maintenir cet esprit pendant toute la transition ».

Sanders travaillera avec Trump pour la classe moyenne

De son côté, Bernie Sanders, qui a échoué à remporter l'investiture démocrate, a souligné que Donald Trump avait visé juste en interpellant la classe moyenne américaine « qui en a assez de l'establishment économique, de l'establishment politique et de l'establishment des médias ».

Le gouverneur du Vermont a manifesté sa volonté de travailler de concert avec Trump afin d'améliorer les conditions de vie des familles au pays, ajoutant qu'il n'hésitera toutefois pas à « s'opposer vigoureusement » à tout discours raciste, sexiste, xénophobe et anti-environnement.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles